Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sommaire des éléments probants relativement aux constatations clés pour l’écozone+ du Bassin intérieur de l’Ouest

Généralités sur l'écozone+

Figure 1. Carte générale de l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest.

carte

Description longue pour la figure 1

Cette carte de l'Écozone+indique l'emplacement des villes et des plans d'eau dont il est fait mention dans le présent rapport. Cette écozone+est entièrement située en Colombie-Britannique, dans la partie centre-sud de la province, et s'étend jusqu'à la frontière américaine (État de Washington). Les villes de la partie nord de cette écozone+ incluent, d'ouest en est : Lillooet, Lytton, Merritt, Kamloops et Salmon Arm. La partie sud inclut, toujours d'ouest en est : Hope, Princeton, Keremeos, Osoyoos, Penticton, Kelowna et Grand Forks. Pemberton est indiquée sur la carte, mais elle est située hors de l'Écozone+. Les rivières et les lacs indiqués sur la carte sont, du nord au sud : le fleuve Fraser, la rivière Thompson Nord, la rivière Thompson Sud, le lac Kalamalka, le lac Okanagan, la rivière Kettle, le lac Skaha, la rivière Okanagan et la rivière Similkameen. Les lacs Adams et Shuswap se trouvent à la limite nord-est de l'Écozone+.

L'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest (EBIO), dont le territoire est présenté à la Figure 1 et dont les caractéristiques sont résumées au tableau 1, occupe la région intérieure sud de la Colombie-Britannique (voir sur la carte du Canada de la page ii). Les limites de l'EBIO sont identiques à celles de l'Écoprovince intérieure sud (Southern Interior Ecoprovince) du système de classification écologique du territoire de la Colombie-Britannique Note 6.

L'EBIO renferme une vaste gamme d'écosystèmes et notamment des forêts, des prairies, des milieux humides, des lacs (grands ou petits), des grandes rivières, des petits cours d'eau et divers milieux alpins ou englacés. L'EBIO occupe une position particulière au sein du Canada, en ce qu'elle constitue un prolongement nord du désert du Grand Bassin et est très riche en espèces et notamment en espèces rares.

Comme l'EBIO est en grande partie abritée des pluies par la chaîne Côtière, les précipitations y sont relativement faibles. Les étés y sont secs et très chauds, et les hivers y sont modérés.

Tableau 1. Aperçu de l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest.
Superficie57 071 km2 (0,6 % de la superficie du Canada)
ReliefGénéralement vallonné, façonné par l'orogénie, la glaciation, puis l'érosion. Montagneux dans les régions ouest et nord-ouest.
ClimatDominé par l'ombre pluviométrique de la chaîne Côtière, qui limite les précipitations.
Étés secs et très chauds, hivers modérés.
Bassins fluviauxRivière Thompson, se jetant dans le fleuve Fraser.
Fleuve Fraser, se jetant dans l'océan Pacifique.
Rivière Okanagan, se jetant dans le fleuve Columbia, dans l'État de Washington.
Rivière Similkameen, se jetant dans la rivière Okanogan (Okanagan), dans l'État de Washington.
Rivière Kettle, se jetant dans le fleuve Columbia, dans l'État de Washington.
GéologieDépôts de surface principalement constitués de till (70 %).
Seule concentration appréciable de sols chernozémiques noirs et bruns en
Colombie-Britannique Note 7
PeuplementKamloops est la principale agglomération de la région de la Thompson.
Lillooet est la principale agglomération riveraine de la portion du Fraser se trouvant dans l'écozone+.
Vernon, Kelowna et Penticton sont les principales agglomérations de la région de l'Okanagan.
Princeton est la principale agglomération de la région de la Similkameen.
Grand Forks est la principale agglomération de la région de la Kettle.
De 1971 à 2006, la population humaine de l'écozone+croissance démographique se situant principalement dans les régions de la
Thompson et de l'Okanagan.
ÉconomieLes services, l'agriculture et l'exploitation forestière sont les principaux employeurs.
DéveloppementLe centre (Kelowna et environs) et le sud (Penticton et environs) de la région de l'Okanagan connaissent de forts taux de croissance.
Importance nationale et mondialeL'EBIO abrite de nombreuses espèces en péril et occupe une position écologique particulière au sein du Canada, car certaines parties de l'écozone+constituent un prolongement nord du désert du Grand Bassin, dominé par les armoises arbustives, et des prairies qui y sont associées Note 8

Territoire : L'EBIO se trouve entièrement en Colombie-Britannique. Par ailleurs, l'EBIO chevauche les territoires traditionnels de la Société du traité des Shuswap du Nord (nation Secwepemc te Qelmucw du Nord), des nations St'at'imc, Tsilhqot'in, Lil'wat (bande de Mount Currie) et N'Quat'Qua, du Conseil tribal Sto:lo, de la bande de Peters, de l'Association du traité des Stó:lo Xwexwilmexw ainsi que des nations Westbank et Yale. Enfin, les territoires des nations Esk'etemc et In-SHUCK-ch, du Conseil du traité des Ktunaxa Kinbasket, du Conseil des chefs Laich-Kwil-Tach, de la bande de Stoney ainsi que des nations Union Bar, Chehalis, Skwah, Douglas et Xwémalhkwu sont situés à proximité de l'EBIO.

La population humaine croît rapidement dans l'écozone+ (Figure 2), particulièrement dans le nord, le centre et le sud de la région de l'Okanagan (Figure 3). Certaines parties du paysage ont subi des modifications importantes liées à l'urbanisation et au développement agricole. L'exploitation forestière est également une industrie importante.

Haut de la page

Figure 2. Tendance de la population humaine, de 1971 à 2006, dans l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest.
Pour la compilation de ces données, nous avons assimilé l'EBIO à l'écoprovince « Chaîne montagnarde méridionale » du système national de classification écologique du territoire. Les limites des deux unités présentent de légères différences, mais aucune ville ne se trouve dans les secteurs visés par ces différences.
Source : Compilation de données figurant dans Statistique Canada (2000) Note 9 et 2008 Note 10

graphique

Description longue pour la figure 2

Ce diagramme à barres montre les informations suivantes :

Données de la figure 2
Population humaine - 1971Population humaine - 1976Population humaine - 1981Population humaine - 1986Population humaine - 1991Population humaine - 1996Population humaine - 2001Population humaine - 2006
222,223287,420326,478328,555378,396441,410456,158481,890

Haut de la page

Figure 3. Districts régionaux de Colombie-Britannique chevauchant l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest.
La région de l'Okanagan comprend les trois districts indiqués en vert.
Source : BC Ministry of Forests, Lands and Natural Resource Operations (2007) Note 11

carte

Description longue pour la figure 3

Cette carte montre les districts régionaux de l'Écozone+. Il s'agit, du nord-ouest au sud-est, de Squamish-Lillooet, Thompson-Nicola, Okanagan Nord, Okanagan centre, Okanagan-Similkameen et Kootenay Boundary.

Selon les données de télédétection recueillies en 2005, les forêts constituent le principal type de couverture terrestre de l'EBIO (Figure 4). Les prairies et des arbustaies occupent quant à elles environ 14 % de la superficie de l'EBIO; ces milieux abritent une grande biodiversité et procurent aux animaux des corridors leur permettant de se déplacer entre le bassin du Columbia et les steppes arbustives et forêts intérieures situées plus au nord.

Haut de la page

Figure 4. Répartition des principaux biomes de l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest, selon les données de télédétection de 2005.
Les zones en bleu représentent les eaux intérieures, selon l'Atlas national du Canada, et elles ne sont pas incluses dans les présentes analyses.
Source : Ahern et al. (2011) Note 12

carte

Description longue pour la figure 4

Voici une carte et un graphe à barres empilées montrant la couverture terrestre de l'Écozone+ en 2005. Celle-ci était principalement (à 73 %) composée de forêts réparties un peu partout. Dans le nord-ouest, on trouve des arbustaies (12 %), des zones de neige et glace (2 %) ainsi que des zones de faible végétation et de terres dénudées (5 %). En terrain bas, le long des principaux cours d'eau de l'Écozone+, on trouvait des terres agricoles (6 %) et des prairies (2 %).

Haut de la page

La rivière West Kettle
La rivière West Kettle. © R. Rae

Rivage du lac Okanagan
Rivage du lac Okanagan, près de Summerland. © R. Rae

Aspect du paysage au mont Okanagan
Aspect du paysage au mont Okanagan, deux ans après le feu de 2003;
le lac Okanagan est visible à l'arrière-plan. © R. Rae

Chèvres de montagne
Chèvres de montagne, au parc Cathedral. © R. Rae

Pin ponderosa
Pin ponderosa, près de Summerland. © R. Rae

Note de contenu

Note 6

BC Ministry of Environment. 2006. Ecoregion classification system [en ligne]. British Columbia Ministry of Environment. http://www.env.gov.bc.ca/ecology/ecoregions/province.html (consulté le 2 Sept. 2009).

Retour a la note6 référence

Note 7

Commission géologique du Canada. 1994. Matériaux superficiels du Canada, carte 1880A [en ligne]. Ressources naturelles Canada.
(consulté le 23 Oct. 2009).

Retour a la note7 référence

Note 8

Pitt, M. and Hooper, T.D. 1994. Threats to biodiversity of grasslands in British Columbia. In Biodiversity in British Columbia: our changing environment. Edited by Harding, L.E. and McCullum, E. Environment Canada. Delta, BC. Chapter 20. pp. 279-292.

Retour a la note8 référence

Note 9

Statistique Canada. 2000. L'activité humaine et l'environnement 2000. L'activité humaine et l'environnement. Ottawa, ON. 332 p.

Retour a la note9 référence

Note 10

Statistique Canada. 2008. L'activité humaine et l'environnement : statistiques annuelles 2007 et 2008. L'activité humaine et l'environnement, catalogue no16-201-X. Statistique Canada. Ottawa, ON. 159 p.

Retour a la note10 référence

Note 11

Forests, Lands and Natural Resource Operations. 2007. British Columbia regional districts [en ligne]. Government of BC.
(consulté le 11 July 2013). Data to produce map downloaded from DataBC [disponible seulement en anglais]

Retour a la note11 référence

Note 12

Ahern, F., Frisk, J., Latifovic, R. et Pouliot, D. 2011. Surveillance à distance de la biodiversité : sélection de tendances mesurées à partir d'observations par satellite du Canada. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 17. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON.

Retour a la note12 référence