Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sommaire des éléments probants relativement aux constatations clés pour l’écozone+ du Bassin intérieur de l’Ouest

Conclusion : bien-être humain et biodiversité

Bon nombre des problèmes auxquels sont confrontés les écosystèmes de l'écozone+ du Bassin intérieur de l'Ouest (EBIO) sont dus à la croissance de la population humaine ainsi qu'à la transformation et à la fragmentation du paysage. L'EBIO occupe une position particulière au sein du Canada sur le plan écologique, en raison de sa richesse en espèces, dont un nombre important d'espèces non présentes ailleurs au pays. À titre de prolongement nord du désert du Grand Bassin, l'EBIO est un corridor particulièrement important (et risque d'être un goulot d'étranglement si elle est mal aménagée) pour la migration des espèces vers le nord à mesure que change le climat.

Dans la région de grande biodiversité de l'Okanagan Sud, il y a eu un degré élevé d'interaction entre les humains et les écosystèmes, avec la transformation du paysage en milieux urbains et agricoles. Comme certains types d'agriculture sont davantage compatibles avec les processus écosystémiques, les pressions visant à ce que des terres soient retranchées de la réserve provinciale de terres agricoles constituent une autre menace pour les écosystèmes et la biodiversité. De plus, la fragmentation et l'altération des milieux naturels ainsi que l'introduction d'espèces envahissantes ont accru la vulnérabilité des écosystèmes et réduit leur capacité à fournir des services écosystémiques.

La croissance de la population humaine continuera d'exercer une pression sur les écosystèmes aquatiques qui fournissent de l'eau pour la consommation humaine et pour l'irrigation. Le changement climatique menace également l'approvisionnement en eau, dans une région où cette ressource est déjà rare. Cette menace sera particulièrement grave à certaines périodes de l'année, comme en été et en automne, car l'effet du climat sur le débit des cours d'eau fera en sorte que moins d'eau sera disponible durant les saisons où les besoins en eau de l'agriculture sont justement les plus grands.

De nombreuses espèces animales présentes dans l'EBIO ont une valeur emblématique pour la Colombie-Britannique et sont très importantes pour les Premières Nations, comme sources de nourriture et à des fins cérémoniales. Les gens de Colombie-Britannique apprécient également les animaux de l'EBIO pour des activités telles que l'observation de la faune ainsi que la pêche et la chasse sportives. Dans l'EBIO, plusieurs populations de grands mammifères sont stables, mais de nombreuses populations d'oiseaux et de poissons connaissent un grave déclin. Heureusement, dans certains cas, la tendance pourrait s'inverser grâce aux mesures de conservation et de restauration visant à améliorer l'habitat de ces espèces.

Malgré l'impact des modifications apportées par les humains, certaines régions de l'EBIO demeurent relativement intactes, dans leur état naturel, particulièrement dans l'ouest et le nord-ouest de l'écozone+. Le nombre et la superficie totale des zones protégées ont augmenté au cours des 70 dernières années, et ces territoires procurent divers bénéfices culturels, tout en protégeant l'habitat des espèces. Cependant, malgré son caractère distinct, la région naturelle du Plateau intérieur ne jouit d'aucune protection fédérale.

Introduction