Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 17. - Surveillance à distance des écosystèmes : sélection de tendances mesurées à partir d’observations par satellite du Canada

Conclusion

Dans la présente étude, des données de télédétection à basse et moyenne résolution ont été utilisées pour évaluer l’état et les tendances de la biodiversité dans les écosystèmes du Canada. Les trois analyses dont l’objectif consistait à examiner l’évolution des tendances montrent certains des changements du paysage canadien survenus au cours des trente dernières années, dont une augmentation nette de la superficie des zones brûlées de 1985 à 2005, et indiquent une intensification de l’agriculture, particulièrement dans l’écozone+ des plaines boréales (cette information devrait être corroborée par des données recueillies à plus petite échelle). Il est particulièrement saisissant de constater que la productivité primaire a considérablement augmenté (p < 0,05) dans 22 % de la masse terrestre du Canada entre 1985 et 2006, tandis qu’elle n’a diminué de manière significative que dans 0,5 % de cette masse terrestre.

Les données sur l’état des écosystèmes ont été analysées par écozone+ au moyen de deux ensembles de données plus récents, soit l’ensemble de données de la fPAR provenant du capteur MODIS, utilisé pour produire l’IHD, et l’ensemble de données de l’OTDD dérivé de données Landsat montrant l’état des forêts et la densité des lisières forestières dans la région forestière du Canada. L’utilité de ces mesures de l’état des écosystèmes dans la surveillance future des écosystèmes reste à prouver.

Il importe de reconnaître que les experts de la télédétection, qui compilent et analysent les données, ne sont généralement pas des experts de l’écologie. D’autre part, les experts de l’écologie qui interprètent les résultats et les mettent en contexte ne sont habituellement pas des experts de la télédétection. Il est donc très important que ces deux groupes travaillent en étroite collaboration, de manière à ce que la plupart des questions relatives à la biodiversité puissent être posées et résolues au moyen de données de télédétection, en toute connaissance des limites du domaine. Il existe un grand éventail d’utilisateurs de données de télédétection, et un ensemble de données peut être utilisé à plusieurs fins et analysé de différentes façons. À mesure que nous continuons d’utiliser les données de télédétection aux fins de la surveillance écologique, il importe que les groupes d’utilisateurs et les fournisseurs de données communiquent entre eux. Ainsi, les données produites seront utiles pour tous, et les bonnes questions pourront être posées et résolues en vue d’atteindre les objectifs de surveillance.