Espèces non indigènes envahissantes

Agents pathogènes et maladies des espèces sauvages

Les agents pathogènes sont des organismes provoquant des maladies. Ils proviennent d'un large éventail de groupes d'espèces comme les vers, les insectes, les champignons, les protozoaires, les bactéries et les virus. De nombreux agents pathogènes proviennent du Canada, et les maladies qu'ils provoquent chez les espèces sauvages font partie du fonctionnement normal des écosystèmes. Cependant, il semblerait que de récentes épidémies aient été causées par des agents pathogènes non indigènes envahissants ou par de nouvelles souches d'agents pathogènes indigènes. Il s'agit entre autres d'une bactérie des volailles qui s'attaque également au Roselin familier; de la grippe aviaire, un virus normalement bénin des canards qui existe maintenant dans une souche meurtrière pour la volaille; la peste du canard, un virus provenant de l'Eurasie qui peut tuer la sauvagine; un champignon chytride touchant les amphibiens; et le virus du Nil occidental qui s'attaque aux mammifères, aux oiseaux, aux reptiles et aux humains20.

Répartition des oiseaux testés positifs pour le virus du nil occidental

De 2001 à 2003
Carte : Répartition des oiseaux testés positifs poir le virus du nil occidental. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Leighton et al., 201020, adapté de Santé Canada, 200321.

Le virus du Nil occidental suit un cycle naturel entre un large éventail d'espèces d'oiseaux sauvages et un éventail restreint d'espèces de moustiques. Il a été transporté de l'Afrique et de l'Eurasie jusqu'en Amérique du Nord22. Détecté pour la première fois au Canada en 2001, le virus avait touché toutes les provinces de la Nouvelle-Écosse à l'Alberta en 2003, et avait atteint la Colombie-Britannique en 2009. Le virus du Nil occidental a tué des milliers de corvidés (corneilles, geais, pies et oiseaux de la même famille) ainsi qu'un nombre moins élevé d'oiseaux n'appartenant pas à la famille des corvidés23.

Propagation mondiale du champignon chytride touchant les amphibiens

Premières apparitions du champignon chytride dans chacun des grands centres
Calendrier : Propagation mondiale du champignon chytride touchant les amphibiens. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté de Weldon et al., 200424

Un champignon chytride de l'épiderme a été associé à un déclin mondial des populations d'amphibiens25, et d'après la croyance populaire, il s'agirait de la plus importante maladie infectueuse menaçant la biodiversité26, 27. L'origine du champignon chytride en Amérique du Nord n'est pas bien connue. Il pourrait être venu d'Afrique et s'être propagé par le commerce de dactylèthres d'Afrique, qui étaient largement utilisés dans les tests de grossesse destinés aux humains24, 26. Le commerce d'autres espèces, comme le ouaouaron, pourrait avoir contribué à sa propagation24. Certaines données révèlent que le champignon chytride a toujours été présent en Amérique du Nord, mais que les amphibiens y sont devenus plus sensibles en raison de facteurs de stress environnementaux comme les pesticides et les changements climatiques28-30. Le premier champignon chytride recensé ailleurs qu'en Afrique a été relevé au Québec, en 196131.

Photo : Grenouille léopard © iStock.com/maimai

Depuis lors, des champignons chytrides ont été trouvés en Colombie-Britannique31, en Alberta20, en Saskatchewan32, en Ontario, au Québec, au Nouveau Brunswick, en Nouvelle-Écosse31 et, plus récemment, à l'Île-du-Prince-Édouard33, au Yukon,34 et dans les Territoires du Nord-Ouest35.