Zones côtières

Photo : Marée basse © iStock.com/liquidfog
Marée basee, le Nouveau-Brunswick

Les écosystèmes de la côte Atlantique

Augmentation de l'aménagement le long des côtes Atlantiques

Nombre d'enregistrements fonciers (en milliers) à moins de 2 km des zones côtières de la Nouvelle-Écosse
Graphe : Augmentation de l’aménagement le long des côtes Atlantiques. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté de CBCL Limited, 20093, données de la base de données électronique des propriétés de la Nouvelle-Écosse (N.S. Property Online Database).

L’aménagement côtier, y compris la conversion des écosystèmes naturels en zones bâties, entraîne souvent une augmentation de la sensibilité à l’érosion et une détérioration de la qualité de l’eau côtière, et perturbe l’habitat faunique. En Nouvelle-Écosse, la population humaine le long des côtes a augmenté même si l’urbanisation grandissante a entraîné un déclin des populations dans de nombreuses régions rurales3. Dans les régions de Terre-Neuve où la densité de la population est plus élevée et où les zones côtières subissent des modifications depuis plus de 100 ans en raison de l’activité humaine22, différents types d’activités contribuent à faire augmenter le taux d’érosion9. Par exemple, le déferlement des vagues progresse à l’intérieur des terres en raison du compactage du sable par les véhicules tout terrain, ce qui entraîne une augmentation de l’érosion au-dessus de la ligne moyenne de marée haute23.

Déclin des milieux humides, des plages et des habitats dunaires, côte Atlantique

Pourcentage de variations, de 1944 à 2001
Graphe : Déclin des milieux humides, des plages et des habitats dunaires. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté de O’Carroll et al., 200617 et Hanson et al., 200618.

Les milieux humides côtiers, les plages et les habitats dunaires ont décliné dans cinq sites situés au sud-est du Nouveau- Brunswick entre 1944 et 2001. Les destructions totales sur chaque site s’étendaient sur une surface comprise entre 7 et 18 hectares pour les plages et les dunes, et entre 30 et 55 hectares pour les milieux humides. L’érosion, l’extraction de sable pour la production d’agrégats et le durcissement de l’estran à des fins d’aménagement ont contribué à ces destructions. Les plages et les dunes sont des habitats essentiels pour certaines espèces telles que les populations de Pluviers siffleurs de la côte Atlantique qui sont menacées de disparition. Leur nombre a diminué de 17 % entre 1991 et 2006, en raison, en partie, de la destruction et de la dégradation de leur habitat provoquées par l’accélération de l’aménagement côtier19-21.

Élévation du niveau de la mer, tempêtes et érosion côtière

Élévation du niveau de la mer dans le port de Charlottetown
Hauteur en mètres au-dessus du niveau de référence sur la terre ferme, de 1911 à 2008
Graphe : Élévation du niveau de la mer dans le port de Charlottetown. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté du Service des données sur le milieu marin, 2008, dans CBCL Limited, 20093.

Les répercussions de l’élévation du niveau de la mer et des tempêtes associées à ce phénomène sont susceptibles d’intensifier l’érosion le long de la côte de l’Atlantique3, 17, 24, 25. Le niveau de l’eau par rapport à la surface terrestre dans six ports de la côte de l’Atlantique augmente actuellement de 22 à 32 cm par siècle, plus de la moitié de l’augmentation étant causée par des tassements de terrain3. (La surface terrestre de cette région est toujours touchée par la variation des charges de glace et d’eau découlant du recul des glaciers.) Le reste de l’augmentation, environ 12 cm par siècle à Charlottetown, reflète l’élévation mondiale et régionale du niveau de la mer. Ce taux devrait augmenter en raison des changements climatiques4, 26. La côte Atlantique du Canada est particulièrement sensible aux dommages écologiques provoqués par l’élévation du niveau de la mer en raison de la prépondérance des basses terres telles que les marais salés, les cordons des zones côtières et les lagunes27. Les répercussions de l’élévation du niveau de la mer sont aggravées par les effets des ondes de tempête qui sont plus nombreuses et plus intenses à cause de l’augmentation des tempêtes tropicales9, 28-31.