Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 12. - Tendances relatives aux oiseaux terrestres au Canada de 1968 à 2006

Écozone+ de la Cordillère boréale (portion sud de la RCO 4)

Collaboratrice : Pam Sinclair

La Cordillère boréale est en grande partie une zone de nature sauvage éloignée, inaccessible par route. Le BBS couvre essentiellement la portion sud-ouest du Yukon et la région de la frontière nord de la Colombie-Britannique. Les résultats présentés ci-dessous sont fondés sur des données recueillies entre 1988 et 2006 parce qu’au cours des premières années du relevé, peu de parcours du BBS étaient effectués. Les résultats sont quelque peu imprécis et couvrent une période plus courte (19 ans) que celle couverte dans les autres écozones+.

Comme l’écozone+ de la Cordillère boréale est largement boisée, les oiseaux terrestres choisis comme étant représentatifs de cette écozone+ appartiennent principalement aux assemblages forestiers et à ceux des milieux arbustifs et de début de succession. Les résultats pour les assemblages urbains et suburbains, de prairie et des autres milieux ouverts ne sont pas présentés ici, car ils ne constituent qu’une très faible part de l’avifaune. De plus, peu d’espèces de ces assemblages sont présentes et la précision des tendances du BBS est faible pour ces oiseaux.

Tableau 54. Tendances relatives à l’abondance des oiseaux terrestres pour l’écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1980 aux années 2000.Note de bas de page1
Assemblage d’espècesTendance
(%/an)
PAnnées
1980
(BBS)
Années
1990
(BBS)
Années
2000
(BBS)
Changement
Oiseaux forestiers1,6 % 162,3161,8175,08 %
Arbustaie/début de succession0,6 % 35,129,631,7-10 %

Notes de bas de page - Tableau 54

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative;La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 80) et les années 2000 (de 2000 à 2006).

Retour à la référence 1du tableau 54

 

La tendance globale pour les oiseaux forestiers est légèrement à la hausse, tandis que l’assemblage des milieux arbustifs et de début de succession est demeuré dans l’ensemble plutôt stable au cours des deux dernières décennies (Tableau 54). Il existe des variations interannuelles considérables qui sont associées à ces assemblages étant donné que les populations des oiseaux fluctuent en fonction de divers facteurs, dont les variations climatiques et la disponibilité de nourriture. L’un des facteurs qui influent sur les tendances des oiseaux terrestres dans le nord-ouest du continent est l’oscillation décennale du Pacifique (ODP) (Hare et Mantua, 2000). L’ODP est une variation cyclique de la température de surface de l’océan Pacifique qui se traduit par une alternance de périodes de temps « doux » et de temps « frais » dans le Pacifique Nord-Est. Chaque période s’étend sur 20 à 30 ans et présente une certaine variation de température.

Haut de la page

Assemblage des oiseaux forestiers

La tendance globale pour les oiseaux forestiers est légèrement positive (Tableau 54, Figure 44), bien que statistiquement il soit difficile de la distinguer d’une tendance stable. Les effectifs de la plupart des espèces figurant dans le Tableau 55 ont été stables ou en augmentation. Les effectifs du Pioui de l’Ouest sont demeurés relativement stables dans la Cordillère boréale. Dans l’ensemble du Canada, ils ont été stables avec une tendance positive, mais ont diminué dans certaines écozones+, particulièrement dans l’écozone+ maritime du Pacifique, et ont connu un déclin significatif dans l’ensemble de l’Amérique du Nord (Sauer et al., 2008). Le Grand Corbeau, espèce largement répandue qui s’accommode bien des paysages modifiés par l’homme ou qui souvent en tire profit, connaît une hausse de ses effectifs dans la Cordillère boréale et dans l’ensemble de son aire canadienne. Les populations de Grands Corbeaux ont diminué au début du 20e siècle dans l’est et dans les Prairies, mais elles se sont accrues depuis et réoccupent les zones où l’espèce avait décliné. Les causes possibles des déclins observés au début du 20e siècle dans ces régions comprennent les mesures de lutte contre l’espèce, les changements dans l’utilisation des terres et l’accroissement des effectifs de la Corneille d’Amérique, espèce concurrente (Boarman et Heinrich, 1999). La Mésange à tête brune présente une tendance démographique positive dans l’écozone+ de la Cordillère boréale et celle des plaines boréales, mais on note d’importants déclins statistiquement significatifs dans les écozones+ du Bouclier boréal et de la Cordillère montagnarde, l’écozone+ maritime de l’Atlantique ainsi qu’à l’échelle du pays.

Figure 44. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour les oiseaux forestiers de l’écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs.

graphique

Description longue pour la figure 44

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour les oiseaux forestiers de l'écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs pour la période de 1988 à 2006. L'indice d'abondance montre une légère tendance positive qui se situe environ entre 110 et 220.

 

Tableau 55. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux forestiers qui sont caractéristiques de l’écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1980 aux années 2000.Note de bas de page1
Oiseaux forestiersTendance de
la population
(%/an)
PAnnées
1980
(BBS)
Années
1990
(BBS)
Années
2000
(BBS)
Changement
Pioui de l’Ouest-0,10 % 2,12,92,414 %
Pic flamboyant0,00 % 1,52,92,350 %
Junco ardoisé0,50 % 44,140,043,8-1 %
Grive à dos olive1,92 % 40,643,047,216 %
Grand Corbeau2,02 % 2,13,73,466 %
Geai bleu2,43 % 7,89,310,534 %
Paruline à croupion jaune3,36 %n20,331,234,268 %
Mésange à tête brune3,87 % 1,71,82,021 %

Notes de bas de page - Tableau 55

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative;La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 80) et les années 2000 (de 2000 à 2006). La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.

Retour à la référence 1du tableau 55

La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.
P est le degré de signification statistique : * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative.
La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 80) et les années 2000 (de 2000 à 2006).

Haut de la page

Assemblage des oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession

L’assemblage des oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession est demeuré globalement assez stable, certaines espèces ayant augmenté et d’autres diminué (Figure 45, Tableau 56). Les effectifs du Bruant de Lincoln et de la Paruline jaune, espèces largement répandues, ont respectivement affiché une tendance à la hausse et sont demeurés stables dans la Cordillère boréale, tout comme à l’échelle nationale. Les effectifs du Bruant de Lincoln sont demeurés stables dans toutes les écozones+. Cependant, le fait qu’on entretienne les accotements sur une bonne largeur dans le nord pourrait profiter à l’espèce, de sorte qu’elle pourrait se trouver localement surreprésentée dans les dénombrements du BBS (C. Machtans, Environnement Canada, comm. pers., 2010). Les tendances pour la Paruline jaune varient au Canada, mais elles sont plus négatives dans les écozones+ de l’Ouest. La Paruline masquée a connu une hausse dans la Cordillère boréale, mais elle a diminué à l’échelle du Canada, particulièrement sur le Bouclier boréal et dans les plaines boréales, ainsi qu’à l’échelle de l’Amérique du Nord (Sauer et al., 2008).

Figure 45. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour les oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession de l’écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs.

graphique

Description longue pour la figure 45

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour les oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession de l'écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs pour la période de 1988 à 2006. La tendance globale de la population est légèrement positive, bien qu'il ne s'agisse pas d'une tendance stable. L'indice d'abondance fluctue entre 35 et 23 au cours de la période.

 

Tableau 56. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession qui sont caractéristiques de l’écozone+ de la Cordillère boréale, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1980 aux années 2000.Note de bas de page1
Oiseaux des milieux arbustifs
et de début de succession
Tendance de
la population
(%/an)
PAnnées
1980
(BBS)
Années
1990
(BBS)
Années
2000
(BBS)
Changement
Bruant à couronne blanche-2,86 % 9,97,05,1-48 %
Paruline à calotte noire-1,49 % 4,94,53,4-30 %
Moucherolle des aulnes-1,29 % 7,44,85,4-26 %
Paruline jaune0,00 % 2,93,83,522 %
Bruant de Lincoln4,60 % 1,22,42,4103 %
Paruline masquée4,71 %*1,92,12,637 %

Notes de bas de page - Tableau 56

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 70) et les années 2000 (de 2000 et 2006). La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.

Retour à la référence 1du tableau 56

 

Haut de la page