Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 12. - Tendances relatives aux oiseaux terrestres au Canada de 1968 à 2006

Écozones+ de la taïga (taïga du Bouclier, taïga des plaines et taïga de la Cordillère)

Il existe très peu de données sur les tendances des effectifs des oiseaux terrestres dans les trois écozones+ de la taïga. En raison de l’éloignement de ces régions, du manque de routes et de la faible population humaine, on n’y compte que quelques parcours épars du BBS et peu d’autres sources de données sur les effectifs d’oiseaux terrestres. Cependant, certains des oiseaux qui nichent dans ces paysages nordiques éloignés passent l’hiver plus au sud au Canada et aux États-Unis, dans des régions où leurs effectifs peuvent faire l’objet d’un suivi dans le cadre du Recensement des oiseaux de Noël (Audubon Society, 2010).

Les espèces traitées plus bas sont celles dont l’aire de nidification comprend des portions de l’une ou l’autre des trois écozones+ de la taïga. Les résultats du Recensement des oiseaux de Noël présentés ci-dessous sont des résultats préliminaires basés sur les données combinées du Canada et des États-Unis (cf. Butcher et Niven, 2007). Le Canada a une grande responsabilité à l’égard de toutes ces espèces parce que d’importantes portions de leurs populations nichent au Canada. Le Quiscale rouilleux, espèce désignée comme étant préoccupante par le COSEPAC(2006b), figure, avec le Bruant de Smith, parmi les 100 espèces de la liste de surveillance nord-américaine de Partenaires d’envol (Rich et al.,2004).

Les résultats du Recensement des oiseaux de Noël pour l’Amérique du Nord montrent que les effectifs de certaines espèces diminuent tandis que ceux d’autres espèces sont stables (Tableau 57). Trois de six des espèces traitées ici présentent des déclins à long terme réguliers statistiquement significatifs.

Tableau 57. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux terrestres (Christmas Bird Count - CBC) des trois écozones+ de la taïga, de 1966 à 2005.Note de bas de page1
EspècesAire de
nidification
principale
Tendance de
la population
(%/an)
PAnnées
1970
(CBC)
Années
1980
(CBC)
Années
1990
(CBC)
Années
2000
(CBC)
Changement
Quiscale
rouilleux
Basses-terres de la
baie d’Hudson,
taïga et région
boréale
-5,46 %*1,50,70,40,3-78 %
Mésange à
tête brune
Taïga et région
boréale
-1,73 %*1,61,31,21,2-29 %
Pie-grièche
grise
Taïga-0,79 %*1,11,01,00,8-29 %
Durbec des
sapins
Taïga et région
boréale
-0,78 % 5,13,42,82,5-52 %
Bruant de
Smith
Taïga-0,32 % 0,050,060,070,0857 %
Bruant de
Lincoln
Taïga et région
boréale
-0,08 % 1,51,51,71,68 %

Notes de bas de page - Tableau 57

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; L’astérisque (*) indique que la tendance est significative (à P < 0,05).; une case vide indique une valeur non significative;La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie (habituellement les années 70) pour laquelle des résultats ont été obtenus et pour les années 2000 (de 2000 à 2006). Le tableau montre le taux de changement annuel et l’indice d’abondance moyen du Recensement des oiseaux de Noël par décennie.

Retour à la référence 1du tableau 57

Source : D’après les données du Recensement des oiseaux de Noël par Butcher et Niven (2007)

Le Quiscale rouilleux, migrateur qui hiverne en zone tempérée aux États-Unis, a connu une baisse importante de ses effectifs de 78 %, entre les années 70 et 2000 (Figure 46). Les résultats du BBS vont dans le même sens et indiquent même un déclin encore plus marqué pour l’ensemble du Canada (-9,9 % par année), le déclin de l’espèce étant observé dans toutes les écozones+. Cependant, le BBS n’assure pas un suivi adéquat des effectifs de cet oiseau parce qu’il ne couvre pas bien les milieux humides forestiers fréquentés par l’espèce. Certaines données circonstancielles laissent penser que les déclins du Quiscale rouilleux ne sont pas aussi marqués dans le nord, et des observations récentes (Machtans et al., 2007) vont dans le même sens. Les déclins de la Mésange à tête brune et du Durbec des sapins sont corroborés par les tendances dégagées par le BBS à la limite sud de leurs aires de nidification (-3,2 % par année et -6,2 % par année, respectivement pour le Canada).

Figure 46. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour le Quiscale rouilleux, de 1996 à 2005, selon les résultats du Recensement des oiseaux de Noël pour l’Amérique du Nord.

graphique

Description longue pour la figure 46

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour le Quiscale rouilleux pour la période de 1996 à 2005, selon les résultats du Recensement des oiseaux de Noël pour l'Amérique du Nord. Les populations présentent des pertes importantes entre les années 1970 et les années 2000, passant d'environ 2,7 à 0,3 au cours de la période.

 

La tendance démographique de deux espèces, le Bruant de Lincoln (Figure 47) et le Bruant de Smith, n’a pas beaucoup changé au cours des 40 dernières années, mais le Bruant de Smith est difficile à recenser et il se pourrait qu’un changement ne puisse être détecté. Le Recensement des oiseaux de Noël indique que les effectifs du Bruant de Lincoln sont stables, alors que le BBS indique une tendance à la hausse (3,0 % par année pour le Canada). Cependant, comme le BBS est effectué le long des routes et que, dans le nord, le Bruant de Lincoln pourrait profiter du fait que les accotements sont entretenus sur une bonne largeur, l’espèce pourrait se trouver localement surreprésentée dans les dénombrements du BBS (C. Machtans, Environnement Canada, comm. pers., 2010).

Figure 47. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour le Bruant de Lincoln, de 1996 à 2005, selon les résultats du Recensement des oiseaux de Noël pour l’Amérique du Nord.

graphique

Description longue pour la figure 47

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour le Bruant de Lincoln pour la période de 1996 à 2005, selon les résultats du Recensement des oiseaux de Noël pour l'Amérique du Nord. Au cours des 40 dernières années, aucune tendance importante de la population n'est claire. L'indice d'abondance fluctue entre 1,2 et 2,2 au cours de la période.

 

Haut de la page