Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 12. - Tendances relatives aux oiseaux terrestres au Canada de 1968 à 2006

Écozone+ du Bouclier boréal (RCO 8 et 12, moins l’île de Terre-Neuve)

Collaborateurs : Mike Cadman et Lyle Friesen

On trouve dans l’écozone+ du Bouclier boréal une grande diversité d’oiseaux, dont des nicheurs résidents, comme la Mésange à tête brune et le Mésangeai du Canada, ainsi que de nombreuses espèces migratrices qui y nichent chaque été, puis migrent vers le sud dans une grande partie de l’hémisphère occidental. La région de la forêt boréale du Canada, dont le Bouclier boréal, abrite de fortes proportions de la population mondiale de nombreuses espèces. Les bruants, les parulines et les grives comptent pour plus de la moitié de tous les oiseaux terrestres de la région boréale. Environ 50 % des effectifs mondiaux des 37 espèces de parulines présentes au Canada occupent la forêt boréale (Blancher, 2003). Les oiseaux terrestres de cette région sont fortement migrateurs; on estime que 93 % d’entre eux quittent la région boréale chaque automne pour aller hiverner aux États-Unis, au Mexique, dans les Antilles, en Amérique centrale et en Amérique du Sud (Blancher, 2003). La forêt domine l’écozone+ du Bouclier boréal, de sorte que les oiseaux forestiers constituent la majorité des espèces choisies comme représentatives de l’écozone+. Les oiseaux des milieux ouverts ne forment qu’une faible part de l’avifaune de l’écozone+ et sont présents surtout dans la portion méridionale du Bouclier.

Dans l’écozone+ du Bouclier boréal, le Relevé des oiseaux nicheurs (BBS) couvre surtout la portion sud du bouclier en Ontario et au Québec, avec un faible échantillonnage dans les parties plus septentrionales et à l’extérieur de ces deux provinces. Les secteurs agricoles de l’écozone+sont relativement bien couverts par le BBS parce qu’ils sont de façon générale accessibles par route et répartis dans la portion méridionale du bouclier.

Le Tableau 22 montre les tendances relatives à l’abondance des oiseaux terrestres pour cet assemblage des oiseaux terrestres. Les résultats du BBS indiquent des déclins pour les oiseaux des autres milieux ouverts ainsi que pour ceux des milieux arbustifs et de début de succession. Aucune tendance n’a été calculée pour les oiseaux terrestres des milieux humides parce que peu d’oiseaux terrestres appartiennent clairement à l’assemblage des milieux humides et que le BBS ne couvre pas bien ces milieux. Toutefois, il convient de souligner que le Quiscale rouilleux, désigné espèce préoccupante en 2006 (COSEPAC, 2006b), a connu une baisse marquée de ses effectifs dans les portions couvertes de la région au cours des dernières décennies, selon le BBS. On note des populations presque stables pour l’assemblage des oiseaux forestiers, bien que les tendances pour chaque espèce de ce groupe soient diversifiées. Ces tendances varient entre des déclins marqués et de fortes hausses de population. L’assemblage des oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession est lui aussi relativement stable, mais il présente une légère tendance à la baisse. Les résultats pour les oiseaux forestiers et ceux des milieux arbustifs et de début de succession sont très semblables à ceux pour ces deux mêmes assemblages dans l’écozone+ maritime de l’Atlantique, les deux écozones+ partageant de nombreuses espèces semblables.

Tableau 22. Tendances relatives à l’abondance des oiseaux terrestres pour l’écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1970 aux années 2000.Note de bas de page1
Assemblage d’espècesTendance
(%/an)
PAnnées
1970
Années
1980
Années
1990
Années
2000
Changement
Oiseaux forestiers-0,2 % 208,0213,7206,6186,1-11 %
Arbustaie/début de succession-0,7 %*164,4143,3138,8129,7-21 %
Autres milieux ouverts-4,0 %*42,842,521,511,3-74 %

Notes de bas de page - Tableau 22

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 70) et les années 2000 (de 2000 et 2006).

Retour à la référence 1du tableau 22

 

L’Atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario(Cadman et al., 2007) constitue une autre source de données sur les oiseaux forestiers du nord pour cette écozone+. Les tendances observées chez les oiseaux forestiers du nord entre le premier (1981-1985) et le deuxième (2001-2005) atlas de l’Ontario sont de façon générale plus positives que celles indiquées par le BBS, dont les résultats sont, comme on l’a expliqué plus haut, plus représentatifs des parties sud du Bouclier boréal.

Assemblage des oiseaux forestiers

Selon les résultats du BBS, la tendance de l’assemblage des oiseaux forestiers est demeurée assez stable (Figure 19), mais les différentes espèces ont toutefois connu des tendances variées (Tableau 23). Le Tableau 24 a été ajouté pour les oiseaux forestiers, tiré de l’Atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario, parce que ce dernier assure une meilleure couverture que le BBS pour les forêts du nord. Ces données montrent une augmentation de la probabilité de détection pour la plupart des oiseaux forestiers de l’écozone+du Bouclier boréal entre les périodes de 1981 à 1985 et de 2001 à 2005, quoiqu’une couverture plus efficace dans la période de 2001 à 2005 puisse avoir contribué aux augmentations observées (Cadman et al.,2007).

Figure 19. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour les oiseaux forestiers de l’Écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs.

graphique

Description longue pour la figure 19

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour les oiseaux forestiers de l'écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs pour la période de 1968 à 2006. L'indice d'abondance montre une population relativement stable au cours de la période, avec un indice compris entre environ 160 et 230.

 

Tableau 23. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux forestiers qui sont caractéristiques de l’écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1970 aux années 2000.Note de bas de page1
Oiseaux forestiersTendance de
la population
(%/an)
PAnnées
1970
(BBS)
Années
1980
(BBS)
Années
1990
(BBS)
Années
2000
(BBS)
Changement
Moucherolle à côtés olive-6,9 %*1,461,180,460,18-87 %
Mésange à tête brune-6,9 %*0,580,260,090,09-85 %
Paruline du Canada-3,0 %*2,271,691,441,00-56 %
Gros-bec errant-2,9 %*5,498,054,411,64-70 %
Roselin pourpré-2,9 %*2,832,901,621,34-53 %
Paruline obscure-2,3 % 4,938,495,431,87-62 %
Cardinal à poitrine rose-2,1 %*6,065,333,432,82-53 %
Roitelet à couronne rubis-1,8 %*7,685,666,263,57-54 %
Moucherolle tchébec-1,7 %*10,099,007,035,80-43 %
Grive fauve-1,2 %n18,4917,3914,1211,94-35 %
Gélinotte huppée-1,1 % 0,720,600,530,33-53 %
Paruline à poitrine baie-0,8 % 0,951,290,990,49-48 %
Geai bleu-0,6 % 1,461,381,211,13-23 %
Paruline couronnée-0,5 % 24,2124,1222,3420,16-17 %
Grive à dos olive-0,5 % 15,3515,6513,7612,79-17 %
Paruline flamboyante0,3 % 5,956,156,775,991 %
Paruline à croupion jaune0,3 % 6,307,826,715,90-6 %
Paruline tigrée0,6 % 0,571,351,090,53-6 %
Paruline noir et blanc0,7 % 3,855,065,123,840 %
Viréo aux yeux rouges0,8 %*32,5834,9737,7538,4018 %
Viréo de Philadelphie1,2 % 0,771,011,280,9626 %
Paruline à gorge noire1,3 % 1,812,252,652,8055 %
Paruline à tête cendrée1,4 %n6,407,419,029,2745 %
Paruline à gorge orangée1,8 %*1,962,543,162,5028 %
Viréo à tête bleue2,0 %*1,341,381,511,9042 %
Troglodyte mignon2,6 %*5,255,5810,269,9790 %
Pic chevelu2,6 %*0,780,991,041,2763 %
Petite Buse2,7 % 0,210,500,300,56163 %
Paruline bleue3,0 %n0,641,091,391,1275 %

Notes de bas de page - Tableau 23

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 70) et les années 2000 (de 2000 et 2006). La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.

Retour à la référence 1du tableau 23

 

Tableau 24. Changement dans la détection d’espèces caractéristiques d’oiseaux forestiers entre les relevés du premier Atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario (1981-1985) et ceux du deuxième (2001-2005). Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1970 aux années 2000.Note de bas de page1
EspècesSud du BouclierNord du Bouclier
Paruline tigrée-35 %*-1 %
Moucherolle à côtés olive-35 %*-11 %
Paruline obscure-27 %*3 %
Roitelet à couronne rubis-22 %*18 %*
Paruline à poitrine baie-17 %*22 %*
Cardinal à poitrine rose-12 %*-10 %
Gros-bec errant-10 %*-26 %*
Paruline du Canada-10 %*-17 %
Roselin pourpré-6 %*-19 %*
Moucherolle tchébec-3 %6 %
Paruline flamboyante-1 %24 %*
Grive à dos olive0 %8 %*
Grive fauve0 %22 %*
Petite Buse2 %16 %
Viréo aux yeux rouges2 %*15 %*
Paruline couronnée2 %*7 %*
Paruline noir et blanc2 %28 %*
Mésangeai du Canada3 %18 %*
Gélinotte huppée4 %27 %*
Paruline à croupion jaune4 %*8 %*
Paruline à gorge orangée6 %*35 %*
Pic chevelu9 %*16 %*
Paruline à tête cendrée13 %*28 %*
Mésange à tête brune18 %6 %
Paruline à gorge noire18 %*23 %*
Paruline bleue19 %*93 %*
Troglodyte mignon21 %*23 %*
Viréo de Philadelphie29 %*21 %
Viréo à tête bleue94 %*72 %*

Notes de bas de page - Tableau 24

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; L’astérisque (*) indique que la valeur est statistiquement significative à P < 0,1.; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 70) et les années 2000 (de 2000 et 2006). Les espèces sont classées en fonction de l’ampleur du changement dans la portion sud du Bouclier.

Retour à la référence 1du tableau 24

Source : adapté de Cadman et al. (2007)

Les raisons des changements quant aux populations sont diverses. Plusieurs de ces espèces, particulièrement celles vivant dans les forêts conifériennes plus septentrionales, présentent des fluctuations naturelles importantes de leurs effectifs liées à la quantité des graines dont ils se nourrissent (par exemple le Roselin pourpré), aux incendies et aux infestations d’insectes. Le cycle de la tordeuse des bourgeons de l’épinette influe grandement sur les populations de plusieurs oiseaux se nourrissant précisément de cet insecte (Paruline obscure, Paruline tigrée et Paruline à poitrine baie) (Palmer, 1965; Alley, 1984; Williams, 1996; Rimmer et McFarland, 1998; Baltz et Latta, 1998) et influe aussi sur les populations de nombreux autres oiseaux insectivores, qui peuvent réagir positivement aux infestations de tordeuses, mais peuvent en revanche être affectées par les épandages aériens d’insecticide visant ce ravageur. Par ailleurs, les changements climatiques planétaires peuvent aussi affecter les oiseaux. Par exemple, les déclins du Mésangeai du Canada dans le parc Algonquin ont été attribués, en partie du moins, à l’élévation de la température hivernale qui a eu pour effet de détériorer les réserves de nourriture hivernales périssables de ce nicheur résident (Waite et Strickland, 2006). Le déclin marqué du Moucherolle à côtés olive, espèce désignée menacée (COSEPAC, 2007d), va dans le sens des changements observés chez un bon nombre d’autres insectivores aériens. Cependant, étant donné qu’il s’agit d’un oiseau migrateur néotropical, il est probablement aussi affecté par des changements survenant dans ses parcours migratoires et ses aires d’hivernage, tout comme d’autres espèces, par exemple le Cardinal à poitrine rose. De même, les changements quant aux populations d’oiseaux forestiers qui migrent sur de courtes distances (par exemple le Troglodyte mignon, le Viréo à tête bleue et le Roitelet à couronne rubis) sont aussi influencés par des facteurs agissant dans leurs aires d’hivernage. La Mésange à tête brune est endémique des forêts d’épinette et de sapin de la région boréale. La tendance de ses effectifs est très négative, selon les résultats du BBS pour cette écozone+ et l’ensemble du Canada, entre 1970 et 2006, de même que d’après ceux du Recensement des oiseaux de Noël (Butcher et Niven, 2007). Cependant, l’Atlas des oiseaux nicheurs de l’Ontario (McLaren, 2007), qui a mieux couvert la forêt boréale ontarienne que le Relevé des oiseaux nicheurs, ne montre pas de déclin pour cette espèce dans les deux décennies.

Haut de la page

Assemblage des oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession

L’assemblage des oiseaux des milieux de début de succession, comme les champs laissés à l’abandon et les forêts en régénération, présente globalement une légère tendance à la baisse (Figure 20). Quatre espèces ont connu des baisses significatives de leurs effectifs, tout comme à l’échelle du pays (Tableau 25). Selon les données du BBS, la tendance de la population du Bruant à gorge blanche est stable ou légèrement à la baisse dans cette région (-0.6 % par année). Fait intéressant, les données du Recensement des oiseaux de Noël indiquent un déclin de cette espèce dans le sud de son aire d’hivernage et une augmentation dans le nord, ce qui laisse croire à un déplacement vers le nord de sa répartition hivernale (Niven et al., 2004).

Figure 20. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour les oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession de l’Écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs.

graphique

Description longue pour la figure 20

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour les oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession de l'écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. L'indice d'abondance montre un déclin global peu important au cours de la période, passant d'environ 180 à 140.

 

Tableau 25. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux des milieux arbustifs et de début de succession qui sont caractéristiques de l’écozone+du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1970 aux années 2000.Note de bas de page1
Oiseaux des milieux
arbustifs et de
début de succession
Tendance de la
population
(%/an)
PAnnées
1970
Années
1980
Années 1990Années 2000Changement
Moqueur roux-3,3 %*1,280,950,530,46-64 %
Bruant chanteur-1,7 %*19,4812,8413,0411,43-41 %
Paruline triste-1,3 %*12,0611,748,928,30-31 %
Chardonneret jaune-1,3 %n6,315,624,855,21-17 %
Moqueur chat-1,2 % 0,990,900,790,69-31 %
Paruline jaune-1,0 % 5,305,934,243,55-33 %
Paruline à flancs marron-0,6 % 18,2316,1415,1813,83-24 %
Bruant à gorge blanche-0,6 % 50,4042,4843,6442,15-16 %
Paruline à joues grises0,0 % 17,1516,5617,8314,99-13 %
Moucherolle des aulnes0,2 % 8,489,228,969,107 %
Bruant de Lincoln0,2 % 2,142,422,571,94-9 %
Passerin indigo1,9 % 1,011,171,181,6362 %

Notes de bas de page - Tableau 25

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus (les années 70) et les années 2000 (de 2000 et 2006). La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.

Retour à la référence 1du tableau 25

 

Haut de la page

Assemblage des oiseaux des autres milieux ouverts

L’assemblage des oiseaux des autres milieux ouverts présente la baisse globale la plus forte parmi tous les assemblages de l’écozone+ du Bouclier boréal, les déclins apparaissant principalement à partir de la fin des années 80 (Figure 21, Tableau 22). Cependant, bon nombre de ces espèces ne sont pas naturellement caractéristiques de la région. Dans le passé, le défrichement aux fins de l’agriculture a créé des habitats propices à ces oiseaux dans la région, d’où un accroissement de leurs effectifs. Des déclins récents pourraient s’expliquer par la disparition progressive de ces habitats du fait de la régénération forestière dans les terres agricoles laissées à l’abandon dans certaines parties de cette écozone+ (Crins et al., 2007). Les déclins des hirondelles et de l’Engoulevent d’Amérique dans l’écozone+ vont dans le sens du déclin général des insectivores aériens dans l’ensemble du Canada (Tableau 26). Le Merle-bleu de l’Est n’a jamais été abondant dans cette écozone+, mais la petite population qui s’y trouve semble se porter bien.

Figure 21. Évolution de l’indice d’abondance annuel pour les oiseaux des autres milieux ouverts de l’Écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs.

graphique

Description longue pour la figure 21

Ce graphique linéaire montre l'évolution de l'indice d'abondance annuel pour les oiseaux des autres milieux ouverts de l'écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs pour la période de 1968 à 2006. L'indice d'abondance montre une tendance à la hausse jusqu'aux années 1970, toutefois la tendance globale à la baisse est prédominante de 1978 à 2006 (environ 54 et 9, respectivement).

 

Tableau 26. Tendances relatives à l’abondance des espèces choisies d’oiseaux des autres milieux ouverts qui sont caractéristiques de l’écozone+ du Bouclier boréal, selon les données du Relevé des oiseaux nicheurs. Le tableau qui suis démontre l’indice d’abondance du BBS, par décenie, des années 1970 aux années 2000.Note de bas de page1
Oiseaux des autres
milieux ouverts
Tendance de
la population
(%/an)
PAnnées
1970
(BBS)
Années
1980
(BBS)
Années
1990
(BBS)
Années
2000
(BBS)
Changement
Hirondelle de rivage-14,0 %*6,504,590,490,10-98 %
Vacher à tête brune-7,9 %*7,533,881,640,58-92 %
Engoulevent d’Amérique-6,4 %*0,290,290,110,04-85 %
Hirondelle à front blanc-6,0 %*7,3810,623,040,87-88 %
Hirondelle rustique-5,3 %*11,269,944,562,08-82 %
Hirondelle bicolore-3,3 %*9,288,665,772,81-70 %
Crécerelle d’Amérique-1,8 %*1,011,020,760,56-44 %
Tyran tritri-1,4 % 1,922,551,441,01-47 %
Merlebleu de l’Est3,8 %*0,180,260,430,3492 %

Notes de bas de page - Tableau 26

Note 1

Dans ce tableau: P est le degré de signification statistique; * indique P < 0,05; n indique 0,05 < P < 0,1; une case vide indique une valeur non significative; La colonne « Changement » donne le pourcentage de changement de l’indice d’abondance moyen entre la première décennie pour laquelle des résultats ont été obtenus. La liste des espèces est classée de la pire à la meilleure tendance.

Retour à la référence 1du tableau 26


Haut de la page