Services écosystémiques

Graphique composé services écosystémiques

Image miniature : Graphique composé services écosystémiques

Ce graphique renferme des exemples de changements présentés dans ce rapport qui touchent les services écosystémiques. Ces changements sont présentés selon l’Évaluation des écosystèmes pour le millénaire, dans le cadre de laquelle les catégories de services écosystémiques sont les suivantes : soutien, régulation, approvisionnement, et culturel. Les changements qui affectent les services de soutien sont présentés sous les trois autres catégories, et des flèches indiquent que ces changements toucheront aussi les autres services écosystémiques.

Les catégories et exemples sont présentés ci-dessous selon leur ordre d’apparition dans le graphique :

Soutien :

  • changements fondamentaux dans les réseaux trophiques marins
  • plus grande productivité primaire sur terre
  • la diminution de l'étendue et des conditions des forêts, des prairies et des milieux humides nuit aux sols et aux éléments nutritifs
  • fonte des glaces et réchauffement et fonte du pergélisol
  • changements dans les charges d’éléments nutritifs
  • changements climatiques

Régulation :

  • accroissement de la température et modification des précipitations
  • changements dans les milieux humides
  • fonte de la glace et du pergélisol
  • changements des débits des cours d'eau
  • augmentation de l'érosion des côtes
  • augmentation de la propagation de maladies et de parasites parmi les espèces sauvages

Approvisionnement :

  • diminution de l'abondance de la plupart des populations de caribous et de la superficie qu’elles occupent
  • diminution de l'abondance de certaines pêches commerciales
  • étendue stable des forêts
  • diminution des contaminants « hérités », mais augmentation des nouveaux contaminants chez les espèces qui font l’objet d’une récolte

Culturel :

  • des changements dans la disponibilité et la qualité des aliments traditionnels ou du pays peuvent nuire aux traditions culturelles
  • augmentation du nombre d'initiatives d'intendance sur des terres privées
  • accroissement du nombre d'aires protégées terrestres
  • peu de progrès réalisé dans les aires protégées marines
  • déclin de la population d’oiseaux
  • fréquence accrue de la prolifération d'algues dans de nombreux lacs, ayant une incidence sur les activités de loisir

Fermer la fenêtre

Survie marine et exploitation du saumon coho dans le détroit de Georgia

Image miniature : Survie marine et exploitation du saumon coho dans le détroit de Georgia

Ce graphique linéaire présente le pourcentage de survie des saumons cohos sauvages et d’élevage ainsi que le pourcentage d’adultes pêchés (appelé exploitation de la pêche) dans le détroit de Georgia, de 1986 à 2006. Durant cette période, le pourcentage de survie des poissons sauvages et des poissons d’élevage dans le détroit de Georgia a suivi la même tendance générale, quoique le pourcentage de survie des poissons d’élevage était plus faible. En 1988, le pourcentage de survie des poissons sauvages et des poissons d’élevage a atteint des maximums d’environ 18 % et 12 %, respectivement. Le pourcentage de survie des poissons d’élevage a ensuite diminué jusqu’à moins de 1 % en 1998. Le pourcentage de survie des poissons sauvages a aussi diminué jusqu’à environ 3 % en 1999. Le pourcentage de survie des poissons d’élevage et des poissons sauvages a ensuite augmenté jusqu’en 2001, atteignant des maximums moins élevés de 7 % et de 4 %, respectivement. Après 2001, le pourcentage de survie des poissons d’élevage et des poissons sauvages a diminué encore, jusqu’à environ 2 % (pourcentage de survie des poissons sauvages) et jusqu’à moins de 1 % (pourcentage de survie des poissons d’élevage) en 2006. Le pourcentage d’exploitation de la pêche est demeuré près de 80 % de 1986 à 1994, après quoi il a diminué considérablement jusqu'à environ 10 % en 1998. De 1998 à 2006, le pourcentage d’exploitation a varié entre 10 % et 20 %. En 2006, le pourcentage d’exploitation était d’environ 10 %.

Fermer la fenêtre

Harde de caribous de Fortymile

Image miniature : Harde de caribous de Fortymile

Cette carte présente l’étendue antérieure (début des années 1900) et l’étendue actuelle (2005) de la harde de caribous de Fortymile. La harde s’étendait autrefois des deux côtés de la frontière entre le Yukon et l’Alaska. Au Yukon, la majeure partie de l’étendue historique se trouvait dans l’Écozone+ de la Cordillère boréale, y compris Dawson, et s’étendait vers le sud jusqu’au nord de Whitehorse, une petite portion s’étendant jusque dans l’Écozone+ de la Taïga de la Cordillère. En Alaska, l’étendue historique s’étendait vers le nord-ouest, et comprenait la ville de Fairbanks. L’étendue actuelle est beaucoup plus petite, s’étendant seulement sur une courte distance dans l’Écozone+ de la Cordillère boréale et excluant dorénavant Dawson. La majeure partie de l’étendue actuelle se trouve en Alaska, mais ne s’approche plus de Fairbanks.

Fermer la fenêtre

Engel de la glace de mer, Igloolik, Nunavut

Image miniature : Engel de la glace de mer, Igloolik, Nunavut

Ce graphique présente la date annuelle de la prise de la glace de mer à Igloolik, au Nunavut, de 1969 à 2005. La date de la prise de la glace a varié de jusqu’à 30 jours, d’une année à l’autre. La ligne des tendances indique que la prise de la glace de mer débute généralement plus tard, à raison de 0,7 jour plus tard par année, à savoir environ 25 jours plus tard durant la période d’étude. En 1969, la date de la prise de la glace était environ le 30 septembre et, en 2005, elle était le 5 novembre. Une carte en médaillon indique l’emplacement d’Igloolik dans l’Écozone+ de l’Arctique.

Fermer la fenêtre

Récolte printanière de la bernache à la baie de Blackstone, Wemindji, Québec

Image miniature : Récolte printanière de la bernache à la baie de Blackstone, Wemindji, Québec

Ces deux cartes présentent les sites de récolte printanière de la bernache du Canada aux environs de la baie de Blackstone, à Wemindji (Québec), en 1979 et 2006. En 1979, 13 sites de récolte printanière de la bernache du Canada entouraient le camp de base, alors qu’en 2006, seulement 4 sites de récolte l’entouraient. Ces données indiquent une diminution du nombre de sites de récolte adéquats ou accessibles. Une carte en médaillon du Canada montre l’emplacement de la baie de Blackstone, à Wemindji (Québec), dans l’Écozone+ de la Taïga du bouclier.

Fermer la fenêtre

Évaluation des hardes de caribous de Beverly et Qamanirjuaq

Image miniature : Évaluation des hardes de caribous de Beverly et Qamanirjuaq

Cette carte du Canada présente l’emplacement de l’étendue des hardes de caribous de Beverly et Qamanirjuaq. La harde de Qamanirjuaq s’étend vers l’ouest, depuis la côte ouest de la baie d’Hudson, et comprend le sud de l’Écozone+ de l’Arctique et de l’Écozone+ de la Taïga du bouclier, et l’extrême-nord de l’Écozone+ du Bouclier boréal. L’étendue de la harde de Beverly chevauche la limite occidentale de l’étendue de la harde de Qamanirjuaq, et s’étend vers l’ouest jusqu’à la limite de l’Écozone+ de la Taïga des plaines.

Fermer la fenêtre

Services écosystémiques de la ceinture de verdure de l’Ontario

Image miniature : Services écosystémiques de la ceinture de verdure de l’Ontario

Cette carte de la région du Golden Horseshoe du sud de l’Ontario montre l’étendue de la ceinture de verdure, qui avoisine le périmètre de Toronto, atteignant le lac Ontario et le lac Simcoe ainsi que Guelph et Niagara Falls. Une mince bande de la ceinture de verdure s’étend vers le nord au‑delà de Owen Sound et jusqu’à l’extrémité de la péninsule Bruce.

Fermer la fenêtre