Forêts

Changements dans la zone des limites forestières

L'expression « limite forestière » est trompeuse - il n'y a pas de ligne nette là où la limite des arbres se termine, mais plutôt une transition d'arbres de plus en plus épars jusqu'à la toundra. Les zones des limites forestières au Canada sont à la fois latitudinales, dans le nord du pays, et altitudinales, sur les flancs de collines et de montagnes. L'image qui s'impose est celle du changement, mais pas une expansion uniforme des limites forestières. Dans le nord du Québec, les arbres de la zone forestière de la toundra grandissent plus rapidement, et leur taille est plus importante depuis les années 197019, mais la distribution des arbres n'a pas énormément changé20. Au Labrador, les limites forestières se sont étendues vers le nord et le haut des collines ces 50 dernières années le long de la côte, mais pas à l'intérieur des terres21. Dans les montagnes du nord-ouest du Canada, la croissance et la densité des arbres ont changé davantage par rapport à la position des limites forestières alpines22.

Changements de végétation dans le zone des limites forestières du Canada occidental
De 1985 à 2006
Graphe : Changements de végétation dans la zone des limites forestières. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Changements moyens survenus dans la zone sur 22 ans, d'après l'analyse d'images satellitaires au début du printemps et en été.
Source : Données tirées de Olthof et Pouliot, 201023.

Une étude réalisée sur les limites forestières dans l'ouest du Canada n'a révélé qu'une petite augmentation nette du couvert arboré, mais des changements majeurs dans la végétation au sein de la zone de limite forestière. Le couvert arboré augmentait dans la moitié nord de la zone, mais ce phénomène était essentiellement compensé par des diminutions dans la partie sud, surtout à l'ouest du delta du Mackenzie - probablement en raison des conditions plus sèches causées par des températures plus élevées24. Les plus grands changements étaient une augmentation des arbustes et, au nordouest de la zone de la limite forestière, un remplacement de la couverture de lichens et de terrains nus par de petites plantes non graminoïdes (plantes herbacées).

Depuis 1900, la limite forestière a progressé à 52 % parmi les 166 sites examinés dans le monde et elle a diminué sur seulement 1 % des sites25.