Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 15. - Tendances de l’azote résiduel dans le sol pour les terres agricoles du Canada, de 1981 à 2006

Perspective nationale

En 2006, les valeurs d’Azote résiduel dans le sol (ARS) dans les terres agricoles canadiennes variaient de la catégorie de risque très faible (0 à 9,9 kg N/ha) à la catégorie de risque élevé (> 40 kg N/ha) (Figure 1). Les terres agricoles dans l’écozone+ des Prairies étaient réparties principalement dans les catégories de risque très faible et de risque faible. Les apports sont quelque peu limités en raison du potentiel de rendement plus faible de ces terres arides. Les terres agricoles de l’écozone+ des plaines boréales présentent des zones à risque allant de moyen à très élevé dans le centre de l’Alberta et dans les régions de l’est de cette écozone+ (centre du Manitoba). Les régions du sud des écozones+ maritime du Pacifique et du bassin intérieur de l’Ouest se situaient généralement dans la catégorie de risque très élevé, avec des valeurs d’ARS supérieures à 40 kg N/ha. L’écozone+ de la Cordillère montagnarde comporte des zones à risque faible et à risque moyen dans les régions du sud-ouest de la Colombie-Britannique, mais les terres agricoles du centre de cette province se situaient principalement dans la catégorie de risque faible. L’écozone+ du Bouclier boréal couvre une vaste zone géographique, et la catégorie de risque d’ARS est généralement très élevée dans le centre du Manitoba et dans les régions au nord des basses-terres du Saint-Laurent. Les régions du centre-sud du Bouclier boréal sont caractérisées par des sols de catégories de risque moyen à élevé. Pour l’écozone+ des plaines à forêts mixtes, l’ARS varie des catégories de risque très faible et faible dans le sud-ouest de l’Ontario, aux catégories de risque moyen à très élevé dans les parties nord et est de l’écozone+. Les terres agricoles de l’écozone+ maritime de l’Atlantique se situaient principalement dans la catégorie de risque très élevé, bien que des zones du nord du Nouveau-Brunswick et du sud-ouest de l’Île-du-Prince-Édouard comportent des polygones dans la catégorie de risque moyen. Les terres agricoles dans les régions du centre-ouest et du nord de l’écozone+ boréale de Terre-Neuve se situaient dans la catégorie de risque très élevé, alors que les régions du sud-est allaient de la catégorie de risque très faible à élevé.

En 2006, le Canada comptait 61,4 millions d’hectares de terres agricolesNotes de bas de page6, réparties en 3 285 polygones PPC (Tableau 1). Les apports d’azote ont augmenté constamment, passant de 42,7 kg N/ha en 1981 à 66,9 kg N/ha en 2006 (Tableau 2). En 1981, les apports d’azote provenant des engrais (15,2 kg N/ha) et de la fixation de l’azote par les légumineuses (15,9 kg N/ha) étaient relativement semblables, et tous deux étaient supérieurs à l’apport d’azote provenant du fumier (8,9 kg N/ha) (Tableau 3). Les apports d’azote de ces trois sources ont augmenté avec le temps et, en 2006, atteignaient 25,1, 28,3 et 10,8 kg N/ha, respectivement (Tableau 3). Les pertes d’azote ont également augmenté au Canada au cours de cette période, passant de 33,4 kg N/ha en 1981 à 49,1 kg N/ha en 2006, principalement en raison de l’augmentation des rendements des récoltes (Tableau 2). Le résultat net était que les valeurs d’ARS ont également augmenté de 9,3 kg N/ha en 1981 à un maximum de 25,0 kg N/ha en 2001, puis ont diminué à 17,8 kg N/ha en 2006. La sécheresse de 2001, qui a sévi dans de nombreuses régions du Canada, a contribué à des rendements et à des valeurs d’absorption de l’azote moins élevés, ce qui a laissé plus d’azote dans le sol après les récoltes. Les producteurs ajoutent de l’engrais et du fumier d’après les prévisions d’une saison de croissance moyenne ou supérieure à la moyenne et les prévisions d’un rendement de moyen à supérieur à la moyenne.

Tableau 1. Superficie des terres agricoles et nombre de polygones des pédo-paysages du Canada par écozone+ en 2006.
Écozones+Polygones des pédo-paysages du Canada (nombre)Superficie de terres agricoles (en hectares)
Maritime du Pacifique108203 000
Bassin intérieur de l’Ouest104593 000 Notes de bas de page[1]
Cordillère montagnarde2001 163 000
Taïga des plaines59 000
Plaines boréales60512 053 000
Prairies98539 945 000
Bouclier boréal251920 000
Plaines à forêts mixtes4695 338 000
Maritime de l’Atlantique5141 130 000
Boréale de Terre-Neuve4421 000
Canada3 28561 375 000

Notes de bas de page

Notes de bas de page 1

La superficie des terres agricoles présentée ici pour le bassin intérieur de l’Ouest est supérieure à celle indiquée dans le rapport sur l’état et les tendances des écosystèmes (RETE) sur la capacité d’habitat faunique (Javorek et Grant, 2011). Cet écart peut être attribué à la méthodologie utilisée afin de préserver la confidentialité des données. Veuillez consulter la section sur les indicateurs agroenvironnementaux à la page 1.

Retour à la référence de la note de bas de page 1

Tableau 2. Apports et pertes d’azote et azote résiduel dans le sol (ARS) dans les écozones+ du Canada qui comportent des terres agricoles, de 1981 à 2006.

Apports d’azote (kg N/ha)
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique93,010697,299,7110103
Bassin intérieur de l’Ouest59,755,350,751,756,641,8
Cordillère montagnarde52,951,350,449,651,444,8
Taïga des plaines27,038,231,240,953,956,8
Plaines boréales40,846,450,862,069,769,3
Prairies27,632,732,944,150,652,5
Bouclier boréal82,495,191,898,6109107
Plaines à forêts mixtes123139138143149153
Maritime de l’Atlantique95,8110108122132137
Boréale de Terre-Neuve50,783,572,7115106102
Canada42,748,048,559,165,766,9

 

Pertes d’azote (kg N/ha)
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique50,652,653,249,846,746,0
Bassin intérieur de l’Ouest39,134,632,731,432,025,4
Cordillère montagnarde39,536,937,133,031,229,0
Taïga des plaines23,831,728,432,537,235,6
Plaines boréales32,738,140,343,443,347,2
Prairies24,329,227,835,132,640,7
Bouclier boréal62,673,162,470,165,674,0
Plaines à forêts mixtes80,187,090,296,086,2112
Maritime de l’Atlantique68,178,064,681,973,481,4
Boréale de Terre-Neuve30,642,340,667,352,148,4
Canada33,438,037,243,640,749,1

 

Azote résiduel dans le sol (kg N/ha)
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique42,453,444,049,963,357,0
Bassin intérieur de l’Ouest20,620,718,020,324,616,4
Cordillère montagnarde13,414,413,316,620,215,8
Taïga des plaines3,26,52,88,416,721,2
Plaines boréales8,18,310,518,626,422,1
Prairies3,33,55,19,018,011,8
Bouclier boréal19,822,029,428,543,433,0
Plaines à forêts mixtes42,952,047,847,062,841,0
Maritime de l’Atlantique27,732,043,440,158,655,6
Boréale de Terre-Neuve20,141,232,147,753,953,6
Canada9,310,011,315,525,017,8

Tableau 3. Apports d’azote provenant du fumier et de l’engrais et fixation de l’azote par les cultures de légumineuses dans les écozones+ du Canada qui comportent des terres agricoles, de 1981 à 2006.

Apports d’azote du fumier(kg N/ha)Notes de bas de page[1]
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique49,254,252,552,854,956,1
Bassin intérieur de l’Ouest17,815,216,317,116,713,5
Cordillère montagnarde15,113,714,415,013,611,7
Taïga des plaines4,06,75,56,98,48,5
Plaines boréales6,76,57,59,29,810,2
Prairies5,14,75,46,77,37,8
Bouclier boréal19,220,820,620,820,720,3
Plaines à forêts mixtes28,528,227,327,126,726,6
Maritime de l’Atlantique30,332,232,132,031,732,9
Boréale de Terre-Neuve23,842,432,045,140,934,5
Canada8,98,38,810,110,510,8

 

Apports d’azote de l’engrais (kg N/ha)
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique17,226,218,021,126,618,1
Bassin intérieur de l’Ouest12,010,77,38,710,44,7
Cordillère montagnarde8,79,77,27,79,36,6
Taïga des plaines8,915,111,212,116,111,0
Plaines boréales15,119,218,826,026,225,8
Prairies11,415,915,223,523,623,0
Bouclier boréal15,520,821,720,823,521,3
Plaines à forêts mixtes40,250,044,243,244,143,7
Maritime de l’Atlantique21,728,331,331,935,636,4
Boréale de Terre-Neuve11,318,317,521,719,928,1
Canada15,219,818,725,525,825,1

 

Fixation de l’azote par les légumineuses Notes de bas de page[2]
Écozones+198119861991199620012006
Maritime du Pacifique24,623,324,823,926,526,4
Bassin intérieur de l’Ouest27,927,525,223,927,421,7
Cordillère montagnarde27,125,926,825,026,524,5
Taïga des plaines12,114,412,520,027,435,3
Plaines boréales16,818,622,424,731,631,1
Prairies8,99,910,211,817,619,6
Bouclier boréal41,647,543,551,059,359,8
Plaines à forêts mixtes47,453,259,765,271,176,0
Maritime de l’Atlantique39,645,340,054,360,363,9
Boréale de Terre-Neuve13,620,921,246,343,337,7
Canada15,917,218,420,926,828,3

Notes de bas de page

Notes de bas de page 1

L’apport d’azote du fumier représente la quantité nette d’azote minéral épandu au sol ou libéré par la minéralisation de l’azote organique sur trois ans.

Retour à la référence de la note de bas de page1

Notes de bas de page 2

La fixation de l’azote par les légumineuses représente l’azote fixé par voie biologique provenant des résidus de légumineuses qui devient disponible dans le sol la première année suivant un labour, ainsi que l’azote minéralisé provenant des résidus de légumineuses incorporés au sol au cours des années précédentes.

Retour à la référence de la note de bas de page2

D’après les estimations de la superficie des terres agricoles et de l’ARS à l’échelle nationale, il restait environ 565 000 tonnes d’azote inorganique dans les sols canadiens après les récoltes en 1981. Ce nombre a augmenté de 2,7 fois, pour se chiffrer à 1,5 million de tonnes en 2001, puis il a diminué à 1,06 million de tonnes en 2006, principalement en raison d’une augmentation des pertes comparativement aux apports d’azote, résultat des rendements plus élevés des cultures au cours des cinq années précédentes. Toutefois, les quantités d’azote inorganique qui restaient dans les sols canadiens en 2006 étaient toujours environ deux fois plus élevées que celles de 1981. Ce modèle ne tient pas compte des changements des teneurs en matières organiques dans le sol. Si ces dernières avaient augmenté, une partie de cet ARS aurait pu être immobilisée et convertie en azote organique du sol.

Le risque de perte d’ARS (particulièrement les nitrates) dans l’environnement dépend de la quantité, du moment et de la nature (pluie ou neige) des précipitations dans la région ainsi que de l’humidité antérieure du sol. Les régions humides comme celles du centre et de l’est du Canada ainsi que la région côtière de la Colombie-Britannique risquent davantage de perdre des nitrates que les régions plus arides comme les Prairies canadiennes (écozones+ des Prairies et des plaines boréales).

Notes de bas de page

Notes de bas de page 6

La catégorie « terres agricoles » utilisée dans le présent rapport n’englobe pas la catégorie « autres terres » se trouvant dans le Recensement de l’agriculture. Veuillez consulter la section sur les indicateurs agroenvironnementaux à la page 1 du présent rapport pour un aperçu des types de terres inclus dans l’analyse pour chacun des trois rapports techniques thématiques du RETE sur les indicateurs agroenvironnementaux.

Retour à la référence6