Espèces non indigènes envahissantes

Tendances des espèces non indigènes dans les Grands Lacs

Image miniature : Tendances des espèces non indigènes dans les Grands Lacs

Ce diagramme à barres montre le nombre cumulatif d’espèces non indigènes apparues dans les Grands Lacs pendant 5 périodes. Voici les faits saillants révélés par le diagramme :

  1. avant 1849, 9 espèces non indigènes étaient présentes;
  2. en 1899, 43 espèces non indigènes étaient présentes;
  3. en 1949, 86 espèces non indigènes étaient présentes;
  4. en 1999, 173 espèces non indigènes étaient présentes;
  5. en 2008, 185 espèces non indigènes étaient présentes.

Fermer la fenêtre

Déclins des moules indigènes

Image miniature : Déclins des moules indigènes

Cette carte des lacs Érié et Sainte-Claire et des rivières Détroit et Niagara montre les localités où des données sont disponibles sur les nombres d’espèces de moules d’eau douce présentes avant et après l’invasion par la moule zébrée. Ces données sont présentées sous forme de diagramme à barres et montrent que le nombre d’espèces indigènes a diminué de manière abrupte dans toutes les localités où des échantillons ont été prélevés avant et après l’invasion. Voici les faits saillants révélés par le diagramme, pour chaque localité :

  1. Dans la localité située sur la rive est du lac Sainte-Claire, 5 espèces étaient présentes après l’invasion, mais aucun échantillon n’avait été prélevé avant l’invasion. Dans la localité située sur la rive sud du lac, 11 espèces étaient présentes avant l’invasion, et aucune n’était présente après. Dans la localité située au centre du lac, 19 espèces étaient présentes avant l’invasion, et 5 après.
  2. Aux îles Bass, dans le sud-ouest du lac Érié, plus de 20 espèces étaient présentes avant l’invasion, et aucune n’était présente après.
  3. Dans la baie Rondeau, sur la rive nord-ouest du lac Érié, 10 espèces étaient présentes avant l’invasion, et environ une seule après.
  4. Dans la baie Presque Isle, sur la rive sud-est du lac Érié, environ 15 espèces étaient présentes avant l’invasion, et aucune n’était présente après.
  5. À Port Maitland, sur la rive nord-est du lac Érié, environ 15 espèces étaient présentes avant l’invasion, et environ 5 après.
  6. Dans la rivière Niagara, environ 5 espèces étaient présentes après l’invasion, mais aucun échantillon n’avait été prélevé avant l’invasion.

Fermer la fenêtre

Répartition des oiseaux testés positifs pour le virus du Nil occidental

Image miniature : Répartition des oiseaux testés positifs pour le virus du Nil occidental

Cette carte du Canada où sont indiquées les limites des Écozones+ montre les localités où on a trouvé des oiseaux qui, à la suite de tests, se sont révélés infectés par le virus du Nil occidental, de 2001 à 2003. La plus forte concentration d’oiseaux infectés se trouvait dans un secteur comprenant l’Écozone+ des Plaines à forêts mixtes, dans le sud de l’Ontario et du Québec, et s’étendant vers l’est jusqu’à l’Écozone+ Maritime de l’Atlantique. Des oiseaux infectés ont également été trouvés, de manière sporadique, au Nouveau-Brunswick et en Nouvelle-Écosse ainsi que dans le sud de l’Écozone+ du Bouclier boréal. Un grand nombre d’oiseaux infectés ont enfin été trouvés, de manière dispersée, d’un bout à l’autre de l’Écozone+ des Prairies ainsi qu’en bordure sud de l’Écozone+ des Plaines boréales.

Fermer la fenêtre

Propagation mondiale du champignon chytride touchant les amphibiens

Image miniature : Propagation mondiale du champignon chytride touchant les amphibiens

Ce diagramme chronologique indique la date d’apparition du champignon chytride dans les grandes régions de la planète. Le champignon est d’abord apparu en Afrique, en 1938, puis il a été détecté en Amérique du Nord en 1961, en Australie en 1978, en Amérique centrale en 1983, en Amérique du Sud en 1986, en Europe en 1997 et en Océanie en 1999.

Fermer la fenêtre

Plantes non indigènes envahissantes

Image miniature : Plantes non indigènes envahissantes

Ce graphique linéaire montre l’évolution du nombre cumulatif d’espèces de plantes exotiques envahissantes présentes au Canada. De 1600 à 1800, ce nombre a augmenté, atteignant environ 50 en 1800. De 1800 à 1905, le nombre d’espèces a augmenté plus rapidement et était de plus de 200 en 1905. Au cours du siècle suivant, l’augmentation a été moins rapide, et le nombre a atteint 245 en 2005.

Fermer la fenêtre

Expansion du phragmite commun

Image miniature : Expansion du phragmite commun

Ces trois cartes montrent l’étendue occupée par la sous-espèce européenne du phragmite commun, le long du fleuve Saint-Laurent, au Québec, en 1980, 1995 et 2002. En 1980, cette plante se rencontrait uniquement dans le fleuve lui-même. En 1995, elle s’était propagée dans le fleuve ainsi que sur les terres environnantes. En 2002, tous les secteurs déjà colonisés avaient pris de l’expansion.

Fermer la fenêtre

Fleuve Saint-Laurent (Québec)

Image miniature : Fleuve Saint-Laurent (Québec)

Cette carte du Canada montre la position du fleuve Saint-Laurent (Québec).

Fermer la fenêtre