Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Biodiversité dans les rivières et lacs du Canada

Impacts futurs du climat sur les lacs et les rivières

Retournez à la table des matières

Les ressources en eau en Amérique du Nord sont déjà soumises à des prélèvements excessifs dans de nombreuses régions et, par conséquent, sont très vulnérables aux changements futurs. Bates et al. (2008) ont analysé les répercussions des changements sur le moment, le volume, la qualité et la répartition géographique des ressources en eau douce en Amérique du Nord qui sont prévus à mesure que les taux de réchauffement augmentent. Au Canada, on prévoit une augmentation des précipitations de l’ordre de 20 % pour ce qui est de la moyenne annuelle et de 30 % en hiver dans les scénarios où les émissions sont les plus élevées, de même qu’une hausse généralisée des événements extrêmes de précipitations (Bates et al., 2008). À titre d’exemple, une hausse des précipitations, une intensification des inondations printanières et leur occurrence précoce, et un prolongement des sécheresses en été en ColombieBritannique sont prévus, ce qui aura un impact sur l’écoulement des cours d’eau, et du coup, sur la survie du poisson. Le Groupe d’experts 75 intergouvernemental sur l’évolution du climat (2007) a synthétisé des études scientifiques à l’aide des données de 1970 à 2004 afin d’examiner les changements survenus dans les systèmes physiques (p. ex. neige, glace, sol gelé, hydrologie et processus côtiers) et biologiques (terrestres, marins et d’eau douce) par rapport aux températures de surface changeantes dans tous les continents, y compris en Amérique du Nord (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007). Parmi les études nord-américaines examinées, 334 des 355 (94 %) séries de données traitant des systèmes physiques et 419 des 455 (92 %) séries de données portant sur les systèmes biologiques pouvaient être attribuables au réchauffement (Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat, 2007). Dans le futur, les changements climatiques risquent très fortement d’exercer des effets directs et indirects sur la structure et la fonction des communautés aquatiques dans les écosystèmes des lacs et des rivières du Canada.

Les changements climatiques auront un impact sur le volume des précipitations et de l’évaporation et sur le moment où surviennent ces phénomènes, et donneront lieu à une augmentation de la variabilité du type de précipitations. Ces changements influeront sur le régime hydrologique des rivières et le niveau d’eau des lacs (Bates et al., 2008). Des variations régionales avec des changements relatifs à grande échelle sont prévues dans l’écoulement annuel pour la période de 2090 à 2099 par rapport à la période de 1980 à 1999. Dans la plupart des régions des hautes latitudes du Canada, une augmentation de 20 % à 40 % de l’écoulement est prévue par rapport au reste du Canada, à l’exception des Prairies, où l’augmentation devrait être de 5 % à 20 % (Milly et al., 2005). Des effets biologiques liés au réchauffement climatique se manifestent déjà, comme des changements dans la composition, l’abondance et la productivité des espèces et des changements phénologiques (p. ex. migration du poisson). L’augmentation de la température de l’eau et des précipitations, de même que le prolongement des étiages auront un effet marqué sur les lacs et les rivières, notamment en raison de l’augmentation des taux de sédiments, de l’écoulement et de la pollution thermique. Les communautés aquatiques seront touchées par les changements du niveau et de la température de l’eau; par exemple, les espèces de salmonidés d’eaux froides devraient subir des effets néfastes, tandis que les espèces d’eaux chaudes devraient bénéficier de ces changements (par exemple Eaton et Scheller, 1996; Wrona et al., 2006).

Selon les scénarios de réchauffement climatique, la couverture de neige et de glace continuera de diminuer, surtout au printemps et en été (Bates et al., 2008). S’appuyant sur des images satellitaires de la période de 1966 à 2005, Bates et al.(2008) ont constaté que la couverture de neige dans l’hémisphère Nord baisse tous les mois, sauf en novembre et en décembre. Pour l’avenir, des réductions généralisées de la couverture de neige sont prévues, de même qu’une augmentation de la profondeur de la fonte dans la majeure partie des régions de pergélisol, ce qui serait imputable à l’augmentation de la température de l’air (Bates et al., 2008). Toutefois, malgré les réductions de la couverture de glace sur les lacs et les rivières, l’effet pourrait être moins important dans les grandes rivières s’écoulant vers le nord étant donné les différences moins importantes à l’échelle régionale en ce qui concerne les gradients thermiques et hydrologiques du sud vers le nord (Bates et al., 2008). Les régimes des glaces des lacs et des rivières continueront de changer en fonction du climat; par exemple, la longueur de la couverture de glace continuera de diminuer. Tout changement futur dans le climat pourrait avoir un impact direct et indirect sur la morphologie du milieu aquatique, et du coup, sur le régime des glaces. À titre d’exemple, les changements à long terme du niveau d’eau des lacs pourraient influer sur le régime des glaces des rivières affluentes (Beltaos et Burrell, 2003).

Haut de la page

Retournez à la table des matières