Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Généralités sur l’écozone+

L’écozone+ des plaines à forêts mixtes, présentée à la Figure 1 et résumée dans le Tableau 1, est l’écozone+ la plus méridionale du Canada. Elle couvre les provinces de l’Ontario et du Québec, au sud du bouclier précambrien5. Elle comprend uniquement 1,2 % de la couverture terrestre du Canada (une des plus petites écozones+), mais englobe 53 % de la population nationale, ce qui en fait l’écozone+ la plus dominée par l’homme du pays. En raison de ses sols profonds et de son climat modéré (selon les normes canadiennes), l’écozone+ est un endroit intéressant où s’installer. La densité de la population, qui est de 140 habitants au kilomètre carré, est de un ordre de grandeur plus élevé que celle de la deuxième écozone+ la plus peuplée, soit l’écozone maritime du Pacifique (qui compte 16 habitants au km2)107. La croissance de la population, qui est rapide, devrait connaître une augmentation de 30 % de 2006 à 20317. L’écozone+ des plaines à forêts mixtes vient au deuxième rang en termes de fragmentation au Canada8. Les principaux facteurs de stress qui pèsent sur elle sont la perte et la fragmentation de l’habitat, la propagation d’espèces envahissantes, la pollution et les changements climatiques.

Tableau 1. Aperçu de l’écozone+ des plaines à forêts mixtes.
Région / typeDétails
Superficie118,870 km2
Topographie et géologie

Des plaines extrêmement plates à légèrement onduleuses dominent la plus grande partie de l’écozone+. Celle-ci est fragmentée par plusieurs entités physiques marquantes, la plus connue étant le relief accidenté de l’escarpement du Niagara, qui s’étend des chutes Niagara à la pointe nord de la péninsule Bruce et à l’île Manitoulin. Elle comporte un vaste réseau de voies navigables se déversant dans le fleuve Saint-Laurent et les Grands Lacs. Elle a été formée à la fois par des épisodes orogéniques au Précambrien et par des avancées et reculs glaciaires plus récents. Elle comprend cinq unités géologiques différentes :

  • arche de Frontenac – crête du substratum rocheux précambrien avec des sols minces dans la région de Kingston; prolongement sud du Bouclier canadien;
  • escarpement du Niagara – entité longue et linéaire constituée d’un substratum rocheux silurien; elle comprend des hautes terres rocheuses dénudées et des falaises rocheuses escarpées;
  • à l’est de l’arche de Frontenac et se prolongeant vers l’est jusqu’à la ville de Québec – plaines unies à sols profonds, constituées d’argile marine déposée par la Mer de Champlain;
  • entre l’escarpement et l’arche de Frontenac – une suite de grandes crêtes formées par la croissance et la fonte des glaciers (la Moraine d’Oak Ridges est la plus connue de ces entités);
  • à l’ouest de l’escarpement – vastes plaines unies à sols profonds, constituées d’argile déposée par des lacs glaciaires d’eau douce.
ClimatÉtés chauds (température moyenne de 17 °C) et hivers frais (température moyenne de -5 °C) tempérés par les plans d’eau environnants. Les précipitations annuelles varient de 720 à 1 000 mm. Conditions climatiques très variables en raison de l’emplacement dans l’une des principales trajectoires de tempêtes de l’Amérique du Nord.
Bassins fluviaux

Rivière Thames se jetant dans le lac St. Clair
Rivière Grand se jetant dans le lac Érié
Rivière Trent se jetant dans le lac Ontario
Fleuve Saint-Laurent et ses affluents se déversant dans l’océan Atlantique :

  • rivière des Outaouais;
  • rivière Châteauguay;
  • rivière Richelieu;
  • rivière Saint-Maurice;
  • rivière Yamaska;
  • rivière Bécancour;
  • rivière Saint-François.
PeuplementÉcozone+ la plus peuplée du Canada, qui englobe les grandes régions métropolitaines de Toronto, de Montréal et d’Ottawa. Parmi les autres grandes villes figurent Québec, Hamilton et London.
ÉconomieÉconomie diverse : fabrication, services et agriculture.
DéveloppementDéveloppement urbain considérable à la fois dans la région du Golden Horseshoe en Ontario et autour de Montréal, au Québec. Réseaux routiers importants. L’intensification des activités agricoles a lieu partout dans l’écozone+, en particulier sur les plaines d’argile marine des basses terres du Saint-Laurent au Québec et sur les plaines d’argile lacustre du sud de l’Ontario.
Importance nationale et/ou mondiale

Trois parcs nationaux : parc national du Canada de la Pointe-Pelée, parc national du Canada de la Péninsule-Bruce et parc national du Canada des Mille-Îles.

Treize réserves nationales de faune (RNF) : RNF de St. Clair, RNF du ruisseau Big Creek, RNF de Long Point, RNF de l’île Mohawk, RNF du marais Wye, RNF de la baie Wellers, RNF de l’île Scotch Bonnet, RNF de Prince Edward Point, RNF du lac Mississippi; RNF du lac Saint-François, RNF des îles de la Paix, RNF des îles de Contrecœur et RNF du Cap-Tourmente.

Huit sites Ramsar : Pointe Pelée, St. Clair, Long Point, Minesing Swamp; Matchedash Bay, aire de conservation de la Mer Bleue, Lac Saint-François et Lac Saint-Pierre.

72 zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO).
Cinq réserves de la biosphère reconnues par l’UNESCO : escarpement du Niagara, arche de Frontenac, réserve nationale de faune de Long Point, lac Saint-Pierre et mont Saint-Hilaire.

Les Grands Lacs et le Saint-Laurent sont un point d’entrée important pour les espèces non indigènes envahissantes au Canada et aux États-Unis.

Compétences : L’écozone+ des plaines à forêts mixtes au Canada comprend les parties les plus méridionales des provinces de l’Ontario et du Québec. Environ 73,2 % de l’écozone+ sont situés en Ontario et 26,8 % au Québec. Les principaux groupes culturels autochtones représentés dans cette écozone+ sont les Ojibwés (Chippewa), les Haudenosaunee (Iroquois), les Delaware et les Potawatomi.

Population : De 1971 à 2006, la population humaine de l’écozone+ des plaines à forêts mixtes a augmenté, passant d’environ 11 millions de personnes à plus de 16 millions de personnes (Figure 2).

Figure 2. Tendances de la population humaine dans l’écozone+ des plaines à forêts mixtes, de 1971 à 2006.
map
Description longue pour la figure 2
Ce graphique à bandes indique les renseignements suivants :
AnnéeNombre de personnes
197111 029 522
197611 707 639
198112 187 952
198612 778 261
199114 021 381
199614 839 547
200115 631 830
200616 611 643

Source : Environnement Canada (2009)9.

Couverture terrestre : Selon les données de télédétection de 2005, les terres cultivées étaient le type de couverture terrestre prédominant, représentant 68 % de la superficie totale, suivie par les forêts (25 %). Les terres urbaines constituaient 4 % de l’écozone+ (Figure 3).

Figure 3. Répartition des principaux types de couvertures terrestres dans l’écozone+ des plaines à forêts mixtes, tels qu’ils ont été délimités par télédétection en 2005.
graph
Description longue pour la figure 3

Cette carte et ce graphique à bandes empilées indiquent la répartition de quatretypes de couvertures du sol en importance. L’écozone+ est recouverte par 25 % de forêt, 3 % d’arbustaies, 68 % sont cultivés et 4 % sont urbains. Les eaux intérieures sont également indiquées sur la carte, mais le pourcentage de couverture n’est pas donné. Les zones forestières sont prédominantes le long de l’extrémité nord-ouest de l’écozone+, de l’île Manitoulin à la rivière des Outaouais, et à l’est de la rivière Richelieu. La plupart des arbustaies se retrouvent dans le centre de l’écozone+, longeant la zone forestière, et la majorité de la zone urbaine se trouve aux alentours de Toronto et de Montréal. Les terres cultivées s’étendent à l’ensemble de l’écozone+, prédominantes dans le sud-ouest et le long du fleuve Saint-Laurent.

Source : Ahern et al. (2011)8, d’après les données de Latifovic et Pouliot (2005)10.

Haut de la page

Paysages

Downtown Toronto skyline

Silhouette du centre-ville de Toronto
Photo : Barry Roden, Cabinet de la première ministre, gouvernement de l’Ontario. Il est interdit d’utiliser la photo sans la permission du détenteur des droits.

Marsh, Lake St. Clair

Marais, lac St. Clair
Photo : Allen Woodliffe, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. Il est interdit d’utiliser la photo sans la permission du détenteur des droits.

Black oak savannah in Rondeau Provincial Park

Savane de chênes noirs, parc provincial Rondeau
Photo : Allan Woodliffe, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. Il est interdit d’utiliser la photo sans la permission du détenteur des droits.

Maple-oak forest, Skunk’s Misery

Forêt d’érables et de chênes, Skunk’s Misery
Photo : Allen Woodliffe, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario. La photo ne peut pas être réutilisée sans la permission du détenteur des droits.

Uxbridge, Ontario area

Région d’Uxbridge, Ontario
Photo : Doris Krahn, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario, 2008. Il est interdit d’utiliser la photo sans la permission du détenteur des droits.

Carden Alvar

Alvar de la plaine de Carden
Photo : Wasyl Bakowsky, ministère des Richesses naturelles de l’Ontario). Il est interdit d’utiliser la photo sans la permission du détenteur des droits.

Newly ploughed agricultural field on Îles d’Orleans, Quebec

Champ agricole récemment labouré sur l’île d’Orléans, Québec
Photo : © istockphoto.com / A. Salsera (Anika Salsera)

Haut de la page