Changements rapides et seuils

Leçons et exemples tirés de ce rapport

ArrowIl se peut qu'un lent changement graduel ne semble pas important avant qu'on ne tienne compte des seuils.

Chaîne rouillée couverte de balanes © iStock.com/syagciL'acidification des océans, causée par l'incorporation de dioxyde de carbone provenant de l'atmosphère, commence à être dépistée dans certains écosystèmes marins canadiens et constitue un nouveau problème dans d'autres; la vitesse du changement est lente. Les modèles de recherche et de changements mondiaux montrent des signes confirmant l'augmentation croissante de l'acidification attribuable aux changements climatiques. Certains seuils d'acidité océanique sont bien connus, car ils touchent les aspects chimiques et physiologiques et sont relativement faciles à définir – quand l'eau devient trop acide, les coquilles et les squelettes faits de carbonate de calcium ne peuvent se former correctement, nuisant ainsi aux mollusques, aux coraux et autres organismes marins. (Voir Zones marines.)

Conversion des prairies © iStock.com/TreePhotoLa répartition historique des prairies, indigènes, les biomes les plus menacés au Canada, a fortement diminué, en raison de leur conversion en terres agricoles essentiellement. Il existe plusieurs types de prairies, chacun formé d'un mélange d'espèces, notamment des espèces en péril. Les processus naturels qui assuraient la conservation des prairies antérieurement, comme les incendies de forêt et le pâturage des troupeaux de bisons errant librement, sont maintenant absents ou modifiés. L'aménagement et les activités récréatives continuent de convertir et de fragmenter les terres dans certaines régions, et la prolifération des espèces non indigènes envahissantes et les changements relatifs aux pratiques de gestion du pâturage continuent de modifier la composition et la structure de la végétation. Chaque type de prairie devra se faire attribuer un seuil en deçà duquel il ne sera plus en mesure d'assurer la vie du mélange d'espèces unique qu'il abrite. (Voir Prairies.)

ArrowLes facteurs de stress peuvent interagir de manière inattendue et causer des surprises.

Efflorescences algales dans le Lac Winnipeg © Greg McCulloughLa charge en nutriants à destination des Grands Lacs a posé un problème nécessitant des mesures de collaboration entre les États-Unis et le Canada, à partir des années 1970, visant à réduire les ajouts de nutriants et à nettoyer ces lacs. Ces mesures ont réussi – la qualité de l'eau s'est accrue, les problèmes liés aux efflorescences algales nuisibles et à la raréfaction de l'oxygène ont diminué et la diversité des espèces d'algues indigènes a augmenté. Cependant, la modification des zones riveraines de ces lacs s'est poursuivie, comme l'augmentation des populations humaines avoisinantes, et les espèces non indigènes envahissantes ont gagné en importance, modifiant de nombreuses caractéristiques de ces lacs. Bien que la régulation continue à limiter l'ajout de nutriants, une certaine conjugaison de changements toujours observés dans ces lacs a causé de nouvelles efflorescences algales nuisibles dans certains milieux littoraux. (Voir Charge en nutriants.)

ArrowUn changement touchant un constituant d'un écosystème entraîne une série de conséquences généralisées.

Coucher de soleil sur la banquise © iStock.com/graphicjacksonLa couverture glacielle océanique diminue l'été venu, constituant un changement rapide maintenant bien établi. Le déclin de la glace de plusieurs années peut avoir atteint ou franchi un seuil. Les conséquences écologiques commencent à se faire sentir, surtout dans la baie d'Hudson, où la période interglaciale a augmenté le plus. Citons entre autres une réduction du saïda, poisson associé à la glace et une augmentation du capelan, poisson plus tolérant aux eaux plus chaudes; une réduction de l'état corporel des ours blancs; et l'élargissement, dans cette baie, de l'aire de répartition d'un nouveau prédateur de niveau trophique supérieur : l'épaulard. (Voir Zones marines et La glace dans l'ensemble des biomes.)

Le cerf © iStock.com/KeithBinnsDe grands prédateurs, notamment les loups, ont chuté ou sont largement disparus de leurs aires de répartition d'origine dans les régions les plus peuplées du Canada. Les petits prédateurs (comme le coyote de l'Ouest et le raton-laveur) ont à leur tour élargi leur aire de répartition et ont augmenté en nombre. Ces prédateurs mieux adaptés se nourrissent d'un mélange varié d'aliments, ce qui modifie l'abondance des autres espèces. Dans les plaines de forêts mixtes, compte tenu de la réduction du nombre de prédateurs, le cerf de Virginie est plus abondant, ce qui a fait intervenir des changements importants dans la végétation forestière. (Voir Réseaux trophiques.)

ArrowLes dommages aux écosystèmes peuvent s'accélérer en raison des interactions avec les facteurs de stress.

La plage © iStock.com/oneponyL'érosion côtière dans l'écozone+ maritime de l'Atlantique s'accroît, menaçant ainsi les milieux humides ainsi que les écosystèmes des plages et des dunes. L'aménagement et le durcissement de l'estran ont rendu les écosystèmes côtiers plus exposés à l'érosion. L'élévation du niveau de la mer, la réduction de la glace marine et la multiplication des tempêtes tropicales dans l'Atlantique, toutes liées aux changements climatiques, accélèrent la vitesse d'érosion. (Voir Zones côtières.)

ArrowLes seuils sont influencés tant par la fragilité écologique que par l'ampleur de la menace.

Les cheminées © iStock.com/IanChrisGrahamCertaines terres et certaines eaux, en raison de leur composition géologique sous-jacente, ont une plus grande capacité à réguler les dépôts acides que d'autres; ainsi, le seuil en deçà duquel les dommages à l'écosystème surviennent varie d'un endroit à l'autre, même à des niveaux identiques de dépôts acides. Une fois ce seuil franchi, des effets de grande ampleur se font rapidement sentir. Par exemple, certaines rivières à saumon de la Nouvelle- Écosse ont été fortement touchées en raison de leur capacité insuffisante à réguler les dépôts acides. (Voir Dépôts acides.)