Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sommaire des éléments probants relativement aux constatations clés pour l’écozone+ des plaines boréales

Généralités sur l'écozone+

S'étirant du nord-est de la Colombie-Britannique en passant par les parties nord et centrale de l'Alberta ainsi que le centre de la Saskatchewan jusqu'au lac Winnipeg au Manitoba (Figure 1), l'écozone+ des plaines boréales se caractérise par un climat frais, un relief généralement plat, des couches de sol organiques à surface épaisse, un mauvais écoulement des eaux, une faible concentration en nutriments et un pergélisol discontinu (Tableau 1)Référence 9. Couverte de zones boisées à plus de 60 % (Figure 2) et présentant une faible diversité d'espèces d'arbres dont la croissance est plutôt lente, l'écozone+ est ponctuée de milieux humides, de terrains d'arbrisseaux et de certains des plans d'eau les plus vastes du Canada. De fréquentes perturbations naturelles largement répandues dont des incendies, des foisonnements d'insectes et le vent dominent la structure de l'écozone+. L'écozone+ des plaines boréales est riche en ressources renouvelables et non renouvelables, et le secteur primaire constitue le principal moteur économique. À près de 21 % de son territoire, la région offre la deuxième plus grande contribution en matière de terres agricoles au Canada. Elle possède un fort secteur forestier et un secteur énergétique en rapide croissance (y compris les sables bitumineux).

Tableau 1. Aperçu de l'écozone+ des plaines boréales.
Superficie701 750 km2 (7,0 % du Canada)
TopographieTerrain d'ordinaire plat à légèrement vallonné, bosselé et présentant des dépressions; généralement décroissant en altitude en direction est
ClimatClimat continental du nord frais, avec de longs hivers froids et des étés courts et frais; températures moyennes annuelles autour de 0° C

Il varie selon des conditions plus fraîches et plus humides au nord, et des conditions plus tempérées et sèches au sud

Les précipitations annuelles totales se maintiennent habituellement sous 500 mm, qui se produisent généralement l'été
Bassins fluviauxSe situent dans les bassins hydrologiques du Grand lac des Esclaves, les parties ouest et nord de la baie d'Hudson et le fleuve Nelson. Les affluents assurent le delta des rivières de la Paix et Athabasca, le lac Winnipeg, le lac Winnipegosis et le lac Manitoba

Les principales rivières sont celles de la Paix, Athabasca et Saskatchewan
GéologieLe terrain holocène est d'abord constitué de dépôts de till glaciaire et de quelques dépôts morainiques, lacustres et éoliens sur le schiste et le grès du Crétacé
PergélisolRépartition éparse du pergélisol, confiné dans les tourbières le long de l'extrémité nord, coïncidant avec l'extrémité sud de la zone de pergélisol sporadique
PeuplementDe petits groupes d'Autochtones ont habité la zone au cours des 5 000 dernières années

Le peuplement venu d'Europe a commencé au milieu des années 1800, à la suite du commerce des fourrures, de l'expansion agricole et de l'extraction des ressources qui s'est ensuivi

Le peuplement se forme généralement le long de la zone sud et près des zones présentant une forte concentration de ressources

Les principales municipalités comprennent Fort St. John, la rivière de la Paix, Grande Prairie, Fort McMurray, Prince Albert, The Pas et Gimli
ÉconomieL'économie est essentiellement fondée sur les ressources, notamment l'agriculture, le secteur forestier et le développement énergétique, en particulier l'extraction du pétrole et du gaz
DéveloppementLa mise en valeur intensive se concentre sur le gisement de ressources et la possibilité d'accès par l'homme

La plupart des activités agricoles et forestières se produisent le long de la zone sud ou près des centres de population
Importance nationale et/ou mondialeLe delta des rivières de la Paix et Athabasca est le delta intérieur le plus vaste au Canada et a été nommé zone humide d'importance internationale selon la Convention de Ramsar, est l'un des deltas d'eau douce les plus grands au monde, et zone importante pour la conservation des oiseaux, en particulier pour les sauvagines migratrices sur les quatre voies migratoires continentales

Le parc national du Canada Wood Buffalo est le deuxième plus grand parc national au monde, et a été nommé site du patrimoine mondial

Haut de la page

Territoires : L'écozone+ des plaines boréales comprend certaines portions du Manitoba, de la Saskatchewan, de l'Alberta et de la Colombie-Britannique. Les principaux groupes autochtones composés des Cris, des Dénésulines et des Dunne-za chevauchent les frontières de l'écozone+ des plaines boréalesRéférence 10.

Figure 2. Classification de la large couverture terrestre (résolution à 1 km) de l'écozone+ des plaines boréales, 2005.
Carte montrant la couverture terrestre
Source : les données sur l'écozone+ sont fournies par les auteurs d'Ahern et coll., 2011Référence 11
Description longue pour la figure 2

Cette carte indique que l'écozone+ est constituée en majeure partie de forêts (62 %), mais aussi de terres agricoles (24 %), principalement dans le sud et le nord-ouest. On trouve aussi des régions de maquis (12 %) et de cicatrices de feux (2 %) un peu partout dans l'écozone+.

Haut de la page

Figure 3. Tendances de la population humaine, écozone+ des plaines boréales, de 1971 à 2006.
Carte-Écorégions de l’écozone
Source : Statistique Canada, 2000Référence 12 et 2009Référence 13
Description longue pour la figure 3

Ce graphique à barres montre les informations suivantes :

Tendances de la population humaine, écozone+ des plaines boréales, de 1971 à 2006. (Population)
19711976198119861991199620012006
556,556583,291670,983688,542705,850742,195768,495809,169

Haut de la page

La population de l'écozone+ des plaines boréales a crû de façon constante et a atteint 809 169 habitants en 2006 (Figure 3). La croissance de la population est grandement influencée par le besoin de main-d'œuvre au fur et à mesure qu'augmente la mise en valeur des ressources; par exemple, la population de Fort McMurray s'est agrandie de près de dix fois entre 1971 et 2007 (elle est passée de 6 847 à 64 441)Référence 14.

Haut de la page

Références

Référence 9

Pojar, J. 1996. Environment and biogeography of the western boreal forest. Forestry Chronicle 72:51-58.

Retour à la référence 9

Référence 10

Karst, A. 2010. Conservation Value of the North American Boreal Forest from an Ethnobotanical persective. Canadian Boreal Initiative; David Suzuki Foundation; Boreal Songbird Initiative. Ottawa, ON;Vancouver, BC; Seattle, WA.

Retour à la référence 10

Référence 11

Ahern, F., Frisk, J., Latifovic, R. and Pouliot, D. 2011. Monitoring ecosystems remotely: a selection of trends measured from satellite observations of Canada. Canadian Biodiversity: Ecosystem Status and Trends 2010, Technical Thematic Report No. 17. Canadian Councils of Resource Ministers. Ottawa, ON.

Retour à la référence 11

Référence 12

Statistics Canada. 2000. Human activity and the environment 2000. Human Activity and the Environment, Catalogue No. 11-509-XPE. Statistics Canada. Ottawa, ON. 332 p.

Retour à la référence 12

Référence 13

Statistics Canada. 2009. Human activity and the environment: annual statistics 2009. Human Activity and the Environment, Catalogue No. 16-201-X. Statistics Canada. Ottawa, ON. 166 p.

Retour à la référence 13

Référence 14

Fort McMurray Tourism. 2008. Fort McMurray Tourism (en anglais seulement) [en ligne]. (Consulté le 17 Mar. 2008).).

Retour à la référence 14