Surveillance de la biodiversité, recherche, gestion de l’information et communication des résultats

État et tendances
état de passable à médiocre en général, avec certaines données fiables; tendances variables pour l’état de la surveillance et les composantes écosystémiques

Préoccupations, quelques améliorations, une certaine

CONSTATATION CLÉ 21. Les renseignements de surveillance recueillis sur une longue période, normalisés, complets sur le plan spatial et facilement accessibles, complétés par la recherche sur les écosystèmes, fournissent les constatations les plus utiles pour les évaluations de l’état et des tendances par rapport aux politiques. L’absence de ce type d’information dans de nombreux secteurs a gêné l’élaboration de la présente évaluation.

Cette constatation clé est divisée en deux parties :

La surveillance de la biodiversité est le processus qui consiste à établir l’état et à faire le suivi des changements dans les organismes vivants et les complexes écologiques dont ils font partie1. La surveillance de la biodiversité a une grande importance , car elle sert de fondement à l’évaluation de l’intégrité des écosystèmes, de leurs réponses aux perturbations et du succès des mesures adoptées pour conserver ou rétablir la biodiversité. La recherche aborde les questions et vérifie les hypothèses sur le fonctionnement et l’adaptation des écosystèmes et la façon dont ils interagissent en présence de facteurs de stress. La recherche écologique fournit le contexte pour l’interprétation des résultats de surveillance. Les besoins en matière de politiques et de gestion orientent la progression de la surveillance.

L’examen exhaustif de l’état de la surveillance environnementale et des systèmes d’information environnementale du Canada dépasse la portée du présent rapport. Cette section présente les observations et les leçons apprises au sujet des forces et des faiblesses de l’information et de sa disponibilité pour évaluer l’état et les tendances des écosystèmes canadiens.

Tendances des écosystèmes : quelle est la qualité des données?

Équipement de surveillance du climat © iStock.com/DonNicholsCertaines tendances : données bonnes à passables
Elles comprennent les tendances climatiques, certaines tendances des populations animales et les tendances qui peuvent être mesurées dans de vastes zones à l’aide de la télédétection (comme l'étendue de la glace de mer et les effets du dendroctone du pin ponderosa) ou avec des bases de données nationales (comme les aires protégées). La qualité des données peut varier selon les régions. Par exemple, la majorité des stations de surveillance du débit des cours d’eau se trouve dans la moitié sud du pays et à proximité des agglomérations3. Il existe d’excellents ensembles de données et de grande valeur pour de nombreuses tendances locales et régionales, comme les dates d’arrivée des bernaches aux marais Delta, les niveaux d’acidité des lacs du Bouclier boréal, la présence de contaminants chez les poissons des Grands Lacs et la situation des espèces de poissons de grande valeur sur le plan commercial.

Milieu humide © iStock.com/bryttaCertaines tendances : données insuffisantes
Il existe des données de qualité pour des régions et des périodes précises, mais la vue d'ensemble fait souvent défaut. La couverture n'est pas assez bonne pour comprendre certaines tendances importantes du biome, comme les changements dans l'étendue des habitats et des milieux humides côtiers. Les tendances de nombreux groupes d'espèces et d'aspects écosystémiques importants pour la biodiversité, tels le pergélisol, la structure des réseaux trophiques et l’expansion de l'ensemble des espèces à l'exception de quelques-unes envahissantes, sont déduites des ensembles de données obtenues dans un nombre limité d’endroits.

Les abeilles © iStock.com/icamCertaines tendances : données inexistantes
Elles comprennent les tendances de processus et de groupes d'espèces qui sont indiscutablement importants pour le maintien d'écosystèmes sains et qui peuvent subir des changements considérables. Il existe peu ou pas d'information sur les tendances concernant des processus comme la décomposition et la pollinisation et sur des tendances concernant la plupart des espèces non commerciales, les espèces de plantes sans fruits, les espèces d'invertébrés et de plus petits organismes, comme les bactéries du sol. Par conséquent, la présente évaluation n’inclut pas de compte rendu sur les tendances relatives à ces composantes de l'écosystème.

Monde

Tendances mondiales

La mesure des progrès en vue de l’objectif mondial de réduire le taux de perte de la biodiversité d’ici 2010 dépend de la surveillance de l’abondance des espèces, de la menace d’extinction, de l’étendue et de la condition des habitats, et des biens et services des écosystèmes2. Les Nations Unies rapportent que cet objectif mondial n’a pas été atteint1.

Retournez à la table des matières

Ce que nous avons appris

ArrowL’assemblage de fragments d’information à partir de nombreuses sources disparates est actuellement la seule manière de procéder à l’évaluation de l’état et des tendances des écosystèmes.

Cahier © iStock.com/molkaLa surveillance actuelle des écosystèmes se fait à des échelles spatiales et temporelles différentes, à l’aide de divers paramètres et de protocoles variés pour la collecte et l’analyse des données. Il en résulte une mosaïque d’informations, reflétée dans les lacunes de la présente évaluation et dans les cotes de fiabilité moyenne à faible attribuées à bien des constatations clés. Il s’agit d’un problème qui existe depuis longtemps au Canada, ainsi que dans d’autres pays4, 5 et qui ne peut être résolu que par une attention accordée à l’établissement de priorités stratégiques de surveillance et à la conception et à l’exploitation continue de systèmes de surveillance à long terme.

ArrowIl est possible d’améliorer la capacité d’évaluation en conservant et en tirant parti de la surveillance à long terme actuelle, mais de nouvelles initiatives peuvent s’avérer nécessaires pour répondre aux besoins en matière de politiques.

Toise pour les relevés © S. CarrièreLes programmes de surveillance les plus utiles pour cette évaluation possédaient de bonnes conceptions statistiques, des protocoles uniformes et une vaste couverture spatiale fondée sur les écosystèmes, au lieu des administrations. Leur capacité de mesure des tendances et de détection des changements rapides et inattendus augmentait avec leur niveau de cohérence et la durée des données consignées. Il existe peu de programmes à long terme du genre au Canada, et il n’en existe aucun pour plusieurs composantes écologiques importantes. Certaines données sur des tendances sont dépassées en raison de coupures dans la surveillance environnementales depuis les années 19903, 6. Certaines initiatives nouvelles, qui fourniront de l’information sur les tendances pour de futures évaluations, ont débuté au cours de la dernière décennie – par exemple, la surveillance et l’évaluation de l’intégrité écologique de parcs nationaux7 et la surveillance des effets cumulatifs sur la biodiversité des écosystèmes de l’Alberta8 – quoique beaucoup de lacunes subsistent encore. Le Canada fait également face à une pénurie d’experts en taxonomie qui entrave certains types de surveillance de la biodiversité9-11.

Forêt vue d'avion © Service canadien des forêtsLes programmes gouvernementaux réguliers de surveillance, conçus pour la gestion des ressources, fournissent également de l’information sur les tendances de certains aspects des écosystèmes, mais sont souvent limités pour pouvoir les appliquer à l’évaluation de la biodiversité. Par exemple, certains inventaires forestiers regroupent les espèces d’arbres selon leur utilisation commerciale, alors que pour l’évaluation de la biodiversité, les arbres doivent être plutôt catégorisés par importance écologique. Il y a une possibilité d’adapter certaines pratiques de surveillance axées sur la gestion en vue de combler des lacunes en matière de surveillance écologique.

Une personne effectue la surveillance des oies © Jim LeafloorLa recherche écologique est une ressource importante pour les données sur les tendances. Les programmes de recherche fondés sur des approches multidisciplinaires ont apporté à la présente évaluation certains des meilleurs aperçus sur les changements des fonctions et des structures des écosystèmes. Toutefois, l’association de la surveillance à la recherche se produit souvent à court terme et finit lorsque le cycle de recherche est terminé. Les programmes de surveillance qui font participer des bénévoles de la collectivité12, tels que le Relevé des oiseaux nicheurs13, constituent une autre ressource importante. Les investissements dans la conception de programmes, la gestion de données et la production de rapports, ainsi que dans la formation continue et le soutien aux bénévoles, sont nécessaires pour garantir des résultats à long terme uniformes et pertinents14, 15.

ArrowLes programmes de surveillance incorporent rarement les connaissances traditionnelles et locales, ce qui a résulté en leur sous-utilisation dans la présente évaluation.

Un tipi © iStock.com/RyersonClarkLes connaissances traditionnelles autochtones (CTA) documentées, disponibles dans le domaine public, ont été compilées pour cette évaluation, mais la majeure partie n’a pas été intégrée efficacement. Les efforts d’intégration des connaissances traditionnelles autochtones dans les rapports sur l’état et les tendances ont suscité des inquiétudes au sujet de la présentation d’extraits de connaissance hors de leur contexte culturel, ainsi que des préoccupations concernant la représentativité de cette connaissance, en particulier parce que les périodes de temps et les échelles spatiales n’étaient souvent pas précisées16, 17. Les observations et la connaissance des changements à l’échelle locale (ne se limitant pas aux populations autochtones) sont une ressource connexe sous-utilisée18, 19. Le rassemblement de différents systèmes de connaissances de façons complémentaires demeure un défi en matière de surveillance et d’évaluation environnementales17, 20-22.

ArrowL’amélioration des pratiques de publication, tout comme la gestion de l’information et l’archivage, rendrait les résultats de surveillance plus accessibles pour l’élaboration de politiques et la prise de décision

Dans l’ensemble, l’information sur l’état de l’écosystème et sur les tendances au Canada est très dispersée, d’où la difficulté de savoir quelle information est disponible et à quel endroit elle se trouve. La qualité de cette information est également variable. Les améliorations requièrent la coordination et l’attention à la gestion des données et aux pratiques de publication.

La gestion de l’information est cruciale à l’intégrité, à l’utilité à long terme et à l’accessibilité des résultats de surveillance. Les programmes de surveillance efficaces comprennent l’organisation et la documentation d’ensembles de données, l’entreposage sécurisé à long terme d’archives consultables et des examens et contrôles de qualité effectués régulièrement. Grâce au progrès technologique, les ensembles de données sont devenus plus vastes et plus complexes, nécessitant ainsi davantage de ressources pour pouvoir les gérer. Parallèlement, les techniques d’analyse spatiale des données et de partage de données d’un réseau à l’autre offrent des possibilités de visualiser et de synthétiser l’information environnementale de façons novatrices, tout en accroissant également le besoin de coordonner les politiques et les normes relatives aux données.

Observations sur l’accessibilité de l’information pour la présente évaluation

Photo d'une feuille de calcul © iStock.com/nilsz

  • La documentation scientifique publiée a été la source d’information la plus accessible et la plus utile pour la plupart des aspects de l’évaluation, en particulier les articles qui présentaient des résultats de surveillance de recherches sur les écosystèmes et les facteurs de stress.
  • Des rapports d’évaluation bien référencés (sur des régions et des thèmes) se sont également avérés utiles, bien que parfois plus difficiles à repérer, ainsi que des rapports axés sur les résultats produits par l’entremise de programmes de surveillance.
  • Certains ensembles de données complets ont pu être consultés, principalement par l’entremise d’organismes gouvernementaux, alors que d’autres ensembles de données, surtout anciens, ont été difficiles, voire impossibles à localiser. Le choix d’intégrer des renseignements supplémentaires numériques, tels que des données et des cartes, pour accompagner les publications a représenté un élément de progrès qui a contribué à la présente évaluation.
  • Bon nombre de rapports non publiés et de sites Web consultés étaient périmés ou ne disposaient pas de renseignements suffisants sur les données sur lesquelles ils se basaient pour en faire des sources utiles et crédibles.

ArrowDe nouvelles technologies et applications ouvrent des horizons dans la surveillance de la biodiversité.

La télédétection (l’utilisation de données provenant de satellites) est de plus en plus utile dans la surveillance environnementale, une tendance qui devrait se poursuivre avec le prolongement des séries chronologiques et si les progrès continuent dans la mise au point d’applications et de la capacité analytique23, 24. La télédétection, lorsqu’elle est vérifiée et complémentée avec des données provenant d’observations sur le terrain, peut fournir des mesures cohérentes et reproductibles des changements qui se produisent dans les écosystèmes à de vastes échelles. Il y a toutefois des limites dans ce qui peut être détecté à partir de l’espace. Par exemple, seulement des changements majeurs survenant dans les milieux humides des prairies peuvent être détectés, car de petits milieux humides asséchés sont habituellement impossibles à distinguer des terres qui l’environnent25.

Exemples d’utilisation de la télédétection pour la présente évaluation

Image du delta des rivières de la Paix et Athabasca prise par satellite  © Frank Ahern
Image du delta des rivières de la Paix et Athabasca prise par satellite24

L’analyse des saisons de couverture de glace sur de grands lacs à l’aide de la télédétection a permis de discerner des tendances pour l’Arctique, une région qui dispose de peu d’observations sur le terrain26. La télédétection a aussi permis d’améliorer la détection de vastes feux de forêt27, de fournir des tendances au sujet de l’étendue de la glace de mer dans l’Arctique28, de mesurer les changements à grande échelle dans la végétation à la limite forestière de l’Arctique de l’Ouest29 et de fournir des tendances relatives à la productivité primaire dans tout le pays30. Des analyses uniques de l’occupation du sol31 et du morcellement forestier32, 33 ont procuré des mesures de l’état avec le potentiel de fournir des tendances à l’avenir.

ArrowUn partenariat d’élaboration de politiques, de recherche et de surveillance produit mieux l’information pertinente aux politiques sur l’état et les tendances des écosystèmes.

Réflection d'un paysage sur un lac © iStock.com/kavramLe besoin d’informations précises à l’intérieur d’écozones+ est une manifestation des lacunes plus générales d’information. Une surveillance bien conçue de la biodiversité est en mesure de s’adapter pour répondre aux besoins régionaux tout en conservant un ensemble de mesures de base pour pouvoir établir une comparaison entre les régions et au fil du temps35. La surveillance est nécessaire pour détecter les changements survenant dans le temps et dans l’espace, et la recherche est indispensable pour comprendre la signification de ces changements. Il s’agit là d’un processus itératif36. Les réseaux de surveillance basés sur les composantes de l’écosystème (comme le pergélisol) ou les groupes d’espèces (comme les oiseaux de mer) jouent un rôle important pour favoriser un dialogue et une coordination entre ces deux aspects de la science des écosystèmes.

Les lacunes sur le plan de l’information identifiées au cours de l’élaboration de la présente évaluation sont rapportées dans les documents de références thématiques et d’écozone+. Voici les thèmes communs qui en sont ressortis :

  1. Faible compréhension des seuils, des bases de référence et des limites naturelles de variabilité des écosystèmes
  2. Renseignements limités sur les changements dans les structures des réseaux trophiques
  3. Peu de recherche et de surveillance qui abordent les effets cumulatifs au fil du temps ainsi que les répercussions des facteurs de stress interdépendants
  4. Peu d’information relative à l’évaluation des tendances de la capacité des écosystèmes de fournir des biens et services
  5. Besoin croissant d’information sur les réponses des écosystèmes aux changements climatiques
  6. Tendances en matière d’abondance et d’autres mesures, comme le succès de la reproduction, qui existent pour quelques groupes d’espèces seulement
  7. Faible compréhension de l’état, des tendances et des processus écologiques de la biodiversité pour certains des principaux biomes, y compris les écosystèmes aquatiques, les milieux humides, les forêts boréales et les zones côtières
  8. Faible couverture de surveillance des régions moins populeuses et plus difficiles d’accès
Vagues © iStock.com/kavram

Certains besoins d'information concernant les écozones+ marines

Ce résumé contient des exemples de thèmes communs et de besoins propres aux écozones+ reconnus pour les écozones+ marines37. La recherche et la surveillance, travaillant de concert, sont nécessaires pour combler ces lacunes.

Communs à toutes les écozones+

  • État et tendances relatifs au biome côtier
  • Tendances à long terme pour le poisson et le zooplancton, et de leurs liens à l’échelle du réseau trophique
  • Estimations exactes de l’abondance des populations
  • Estimations exactes de l'état et des tendances, inexistantes pour de nombreuses espèces, en particulier les espèces benthiques et non commerciales

Besoins d'information propres aux écozones+

Ecozone+Besoins d’information
Détroit de Georgia
  • Tendances relatives aux concentrations de nutriants et aux changements de la composition chimique des eaux profondes
  • Cause du changement de synchronisation des pics de biomasse du zooplancton et de son effet sur les réseaux trophiques
Côte ouest de l’île de Vancouver
  • Écologie et tendances à long terme des poissons démersaux
Côte nord et Détroit d’Hécate
  • Source de mortalité marine excessive chez certains poissons, y compris le saumon, l’eulakane et le hareng
  • Tendances du plancton (disponibles seulement dans l’extrémité sud de l’écozone+)
Mer de Beaufort
  • Tendances de la communauté benthique
  • État et tendances des oiseaux de mer (faible compréhension relativement à l’Arctique de l’Est)
Archipel Arctique du Canada
  • Conséquences de la réduction/ perte de la glace de plusieurs années
  • Données sur l’omble chevalier et son habitat
  • Données sur les tendances des changements de la structure de la colonne d’eau
Baie d’Hudson, Baie James et Bassin Foxe
  • Effets écologiques de la diminution des apports d'eau douce des cours d'eau
  • Impacts d'un nouveau prédateur de niveau trophique supérieur : l'épaulard
Plateaux continentaux de Terre-Neuve- et-Labrador
  • Dynamiques des populations et distribution du capelan et d’autres petites espèces pélagiques
Golfe et estuaire du Saint-Laurent
  • Importance des changements dans le zooplancton
  • Productivité côtière et sa contribution à la productivité de l’écozone+
Golfe du Maine et Plateau Néo- Écossais
  • Écologie et tendances des eaux profondes au-delà du Plateau Néo-Écossais

Retournez à la table des matières