Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no. 14. - Tendances de la capacité d’habitat faunique des terres agricoles du Canada, 1986-2006

Écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest

Proportion de terres agricoles

Dans l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, les principales activités agricoles menées à faible altitude sont l’élevage en pâturage, les cultures fourragères et l’exploitation de vergers, tandis que l’élevage en pâturage boisé domine les altitudes moyennes. En 20 ans, le paysage agricoleNote22 de l’écozone+ a augmenté, passant de 482 à 570 milliers d’hectares, de manière à finalement représenter environ 10 % de l’écozone+ (Figure 38). La Figure 39 montre la superficie totale des terres agricoles et la superficie occupée par chaque type de couverture en 1986, 1996 et 2006. Les pâturages non améliorés étaient le principal type de couverture, et leur part est passée de 64 à 67 % des terres agricoles en 20 ans. La part du foin cultivé a aussi augmenté (4 à 11 %), tandis que celles des pâturages améliorés (9 à 5 %) et des « autres terres » (18 à 12 %) ont diminué. Globalement, la part des terres cultivéesNote23 a augmenté de 6 %, de manière à représenter finalement 15 % des terres agricoles.

Figure 38. Pourcentage de terres agricoles dans les polygones pédo-paysages du Canada(PPC) de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, en 2006.

carte

Description longue pour la figure 38

Cette carte montre le pourcentage de terres agricoles dans les polygones PPC de l'écozone+ du bassin intérieur de l'Ouest en 2006. Les paysages agricoles représentent environ 10 % de l'écozone+ (570 000 hectares).

Haut de la page

Figure 39. Superficie totale de terres agricoles et superficie de chaque type de couverture (diagramme) ainsi que proportion relative de chaque type de couverture (tableau) dans l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, en 1986, 1996 et 2006.

graphique

Description longue pour la figure 39

Cette illustration présente un graphique à barres empilées qui montre les informations suivantes :

Pourcentage de Terres agricoles (hectares)
Type de couverture198619962006
Oléafineux474195849
Légumineuses à grain142162404
Soja000
Petits fruits83165163
Pâturages améliorés42,15142,12930,699
Autres terres84,26793,23268,850
Jachère5,9653,0702,199
Pâturages non améliorés306,207312,398381,413
Céréales5,3008,3187,284
Mais2,3871,7862,297
Foin cultivé20,84354,63564,114
Autres cultures370748662
Arbres frutiers11,5049,6429,322
Légumes814804712
Céréales d'hiver1,338916786

Dans l’ensemble de l’écozone+, la plus grande partie de l’agriculture (81 %) se pratiquait dans l’écorégion du plateau Thompson-Okanagan. Le principal type de couverture (pâturages non améliorés) a accru sa part des terres agricoles (63 à 66 %), tout comme le foin cultivé (5 à 12 %). Les parts des « autres terres » (18 à 13 %) et des pâturages améliorés (5 à 2 %) ont au contraire diminué. La part des terres cultivées a augmenté dans l’écorégion, passant de 9 à 15 %.

Haut de la page

Utilisation potentielle des terres agricoles par la faune

En tout, 323 espèces de vertébrés terrestres (232 oiseaux, 72 mammifères, 10 reptiles et 9 amphibiens) étaient associées aux terres agricoles du bassin intérieur de l’Ouest. Les « autres terres » constituaient l’habitat du plus grand nombre d’espèces, étant utilisées par 85 % (276) de celles-ci à la fois pour la reproduction et l’alimentation. Le principal type de couverture des terres agricoles, les pâturages non améliorés, fournissait des habitats de reproduction et d’alimentation à 25 % (80) des espèces et un des deux types d’habitats (reproduction ou alimentation) à 44 % (142) des espèces. Seulement 12 % (37) des espèces pouvaient utiliser les terres cultivées à la fois pour la reproduction et l’alimentation, tandis que 25 % (82) pouvaient y trouver un seul des deux types d’habitats.

Haut de la page

Capacité d’habitat faunique

La capacité d’habitat faunique moyenne des terres agricoles de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest a connu une baisse significative de 1986 à 1996 et de 1996 à 2006 (ANOVA; F = 22,1, p < 0,05), passant de 70,4 ± 10,9 en 1986 à 61,3 ± 7,3 en 2006 (Figure 40). Les Figure 41 et Figure 42 montrent la répartition spatiale des valeurs de capacité d’habitat en 1986 et en 2006. En 20 ans, la capacité d’habitat a diminué significativement dans 35 % des terres agricoles, a augmenté dans 7 % de ces terres et est demeurée constante dans 58 % (ANOVA; test de Tukey, p < 0,05) (Figure 43).

Figure 40. Répartition des terres agricoles selon les classes de capacité d’habitat (axe de gauche) et capacité d’habitat moyenne des terres agricoles (axe de droite) dans l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, en 1986, 1996 et 2006

graphique

Description longue pour la figure 40

Ce graphique à barres empilées (%) indique les informations suivantes :

Classes de capacité d’habitat

  • Très élevée 90->100
  • Élevée 70-90
  • Modérée 50-70
  • Faible 30-50
  • Très faible <20-30
Part de chaque classe de capacité d’habitat (pourcentage)
Classes de
capacité d’habitat
198619962006
<200.000.000.00
20-300.000.450.00
30-400.000.000.46
40-500.933.132.70
50-6032.1319.8969.42
60-7028.5347.5822.92
70-8027.9117.203.61
80-907.9210.260.49
90-1002.301.490.23
>1000.280.000.16

La capacité d’habitat moyenne dans l’ecozone+ du bassin intérieur de l’Ouest était 70.37 en 1986, 65.44 en 1996 et 61.26 en 2006.

Les années associées à des lettres différentes présentent des différences significatives (ANOVA, F = 22,1; test de Tukey, p < 0,05).

Haut de la page

Figure 41. Capacité d’habitat faunique des terres agricoles de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, en 1986.

map

Description longue pour la figure 41

Cette carte montre la capacité d'habitat faunique des terres agricoles de l'écozone+ du bassin intérieur de l'ouest en 1986. On observe une capacité d'habitat faunique élevée et modérée dans la majeure partie du paysage agricole, avec quelques régions dispersées présentant une capacité très élevée.

CH signifie la capacité d’habitat moyenne pour l’écorégion. Tous les polygones PPC comportant plus de 5 % de terres agricoles ont été pris en compte dans l’analyse.

Haut de la page

Figure 42. Capacité d’habitat faunique des terres agricoles de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest, en 2006.

map

Description longue pour la figure 42

Cette carte montre la capacité d'habitat faunique des terres agricoles de l'écozone+ du bassin intérieur de l'Ouest en 2006. Une capacité d'habitat faunique modérée domine le paysage agricole, à l'exception de la région du lac Okanagan, qui présente une capacité d'habitat faunique élevée.

CH signifie la capacité d’habitat moyenne pour l’écorégion. Tous les polygones PPC comportant plus de 5 % de terres agricoles ont été pris en compte dans l’analyse.

Haut de la page

Figure 43. Changements survenus de 1986 à 2006 dans la capacité d’habitat faunique des terres agricoles de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest.

map

Description longue pour la figure 43

Cette carte montre les changements survenus de 1986 à 2006 dans la capacité d'habitat faunique des terres agricoles de l'écozone+ du bassin intérieur de l'Ouest. En 20 ans, la capacité d'habitat a diminué significativement dans 35 % des terres agricoles, a augmenté dans 7 % de ces terres et est demeurée constante dans 58 %.

ANOVA; test de Tukey, p < 0,05. Tous les polygones PPC comportant plus de 5 % de terres agricoles ont été pris en compte dans l’analyse.

Haut de la page

Interprétation

Les terres agricoles de l’écozone+ du bassin intérieur de l’Ouest sont dominées par les pâturages non améliorés, qui ont une valeur considérable comme habitat faunique, n’étant surpassées à cet égard que par la catégorie « autres terres ». La baisse de capacité d’habitat était principalement liée à la perte de près de 6 % des « autres terres », dont la part est tombée à un peu plus de 12 % des terres agricoles. De plus, la part des pâturages améliorés a diminué, passant de 9 à 5 % des terres agricoles. Collectivement, toutes ces pertes ont fait que les terres agricoles sont passées d’une valeur relativement élevée comme habitat faunique à une valeur relativement faible, la part des terres cultivées étant passée de 9 à 15 %. Cette expansion des terres cultivées était principalement liée à l’augmentation de la part du foin cultivé, passée de 4 à 11 %.

Haut de la page

Notes de bas de page

Note 22

Le paysage agricole (ou terres agricoles), tel qu’il est indiqué tout au long de ce rapport, comprend la catégorie « autres terres » du Recensement de l’agriculture, composée de zones telles que les terres humides, les zones riveraines, les brise-vent, les terres boisées, les terres incultivées, les anciens champs et les zones anthropiques (bâtiments agricoles, serres et allées).

Retour à la référence 22

Note 23

Les terres cultivées comprennent toutes les terres agricoles à l’exception de la catégorie « autres terres », des pâturages non améliorés, des pâturages améliorés et des terres en jachère.

Retour à la référence 23