Milieux humides

Pertes de milieux humides dans les prairies

Image miniature : Pertes de milieux humides dans les prairies

Cette carte montre les pertes de milieux humides survenues de 1800 à 2002 dans chacun des 350 cantons du sud de l’Ontario. Le pourcentage de perte est indiqué selon cinq classes représentées par des couleurs différentes : 0 à 25 %, 25 à 45 %, 45 à 65 %, 65 à 85 % et 85 à 100 %. Quatre cantons situés en bordure nord de la région étudiée n’ont pas été évalués. Les pertes sont importantes : 80 % des cantons ont perdu plus de 45 % de leurs milieux humides au cours de la période. Les pertes les plus graves sont survenues dans le sud-ouest de la province, dans certaines portions du sud-est, dans la région du Niagara et dans la région de Toronto, où les pertes ont été de 85 à 100 %. Seulement 5 des 350 cantons ont subi des pertes inférieures à 25 %. Une carte en médaillon indique la région étudiée dans le Sud du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta.

Fermer la fenêtre

Pertes de milieux humides dans le sud de l’Ontario

Image miniature : Pertes de milieux humides dans le sud de l’Ontario

This map shows wetland loss for each of 350 townships in southern Ontario from 1800 to 2002. The percent loss is displayed in colour-coded ranges: 0 to 25% loss, 25 to 45%, 45 to 65%, 65 to 85%, and 85 to 100%. Four townships on the northern edge of the study area were unassessed. Wetland loss is extensive, with 80% of townships having lost more than 45% of their wetlands over the time period. Loss was most severe in southwestern Ontario, parts of southeastern Ontario, Niagara, and the Toronto area where loss was from 85 to 100%. Only 5 of the 350 townships showed a loss of less than 25%.

Fermer la fenêtre

Changements dans les superficies de milieux humides le long du fleuve Saint-Laurent

Image miniature : Changements dans les superficies de milieux humides le long du fleuve Saint-Laurent

Ces deux cartes montrent les changements survenus dans les superficies de milieux humides au cours de deux périodes. De manière générale, ces superficies ont diminué de 1945 à 1978 et augmenté cours de la période suivante. La première carte montre les changements survenus de 1945 à 1978 dans chaque unité physiographique, selon quatre classes représentées par des couleurs différentes : perte de 29 %, perte de 7 à 17 %, perte de 1 à 6 % et absence de données. Des pertes sont survenues dans toutes les unités physiographiques pour lesquelles des données sont disponibles. La perte la plus grande, de 29 %, est survenue dans la région de Québec, tandis que la région de Montréal a subi une perte de 7 à 17 %.

La deuxième carte montre les changements survenus entre les périodes 1970-1978 et 2001-2002 dans chaque unité physiographique, en pourcentage ainsi que selon trois classes représentées par des couleurs différentes et correspondant respectivement à un gain, à une superficie stable et à une perte. De manière générale, la superficie de milieux humides a augmenté dans la région étudiée, le gain étant d’environ 6 % à l’ouest de Montréal, d’environ 17 % à l’ouest de Québec et d’environ 12 % à l’extrémité est du territoire étudié. Seulement deux régions ont encore connu des pertes : la région de Montréal (perte de 17 %) et le lac Saint-Pierre (perte de 0,5 %). La superficie de milieux humides est demeurée stable à l’est de Québec et à l’est de Cornwall.

Les deux cartes sont accompagnées par une petite carte du Canada indiquant la position du territoire étudié, qui comprend les rives du fleuve Saint-Laurent depuis Cornwall, en Ontario, jusqu’à un point situé à l’est de l’embouchure du Saguenay, au Québec.

Fermer la fenêtre

Plaine Old Crow

Image miniature : Plaine Old Crow

Ce diagramme à barres montre les pourcentages de changement survenus de 1951 à 1972 et de 1972 à 2001 dans la superficie de six types de plans d’eau (étangs; petits lacs; lacs moyens; grands lacs; très grands lacs; plans d’eau de toutes dimensions), dans la plaine Old Crow. De 1951 à 1972, presque tous les types de plans d’eau ont connu une augmentation de leur superficie, de 6,9 % pour les étangs, de 10,3 % pour les petits lacs, de 7,5 % pour les lacs moyens et de 4,9 % pour les grands lacs; seule la superficie des très grands lacs a diminué, de 0,6 %. La superficie totale des plans d’eau, toutes dimensions confondues, a augmenté de 1,6 %. De 1972 à 2002, tous les types de plans d’eau ont connu une diminution de leur superficie, de 8,5 % pour les étangs, de 1 % pour les petits lacs, de 4,9 % pour les lacs moyens, de 8,6 % pour les grands lacs, et de 3,9 % pour les très grands lacs; la superficie totale des plans d’eau, toutes dimensions confondues, a diminué de 5 %. Une carte en médaillon montre où se trouve la plaine Old Crow dans le Nord du Yukon.

Fermer la fenêtre

Changement de la superficie des milieux humides dans les vallées de l’Okanagan-Sud et de la basse Similkameen, en Colombie-Britannique

Image miniature : Changement de la superficie des milieux humides dans les vallées de l’Okanagan-Sud et de la basse Similkameen, en Colombie-Britannique

Ce diagramme à barres montre les superficies de milieux humides qui étaient présentes dans la vallée de l’Okanagan-Sud et dans la vallée inférieure de la Similkameen en 1800, en 1938 et en 2005. Cette superficie est passée de 178 kilomètres carrés en 1800 à 69 kilomètres carrés en 1938 puis à 30 kilomètres carrés en 2005, ce qui représente une perte globale de 84 %. La carte accompagnant le diagramme montre la position du territoire étudié, dans le centre-sud de l’intérieur de la Colombie-Britannique, entre la frontière des États-Unis et un point situé au nord de Vernon.

Fermer la fenêtre

Delta des rivières de la Paix et Athabasca

Image miniature : Delta des rivières de la Paix et Athabasca

Cette carte du Canada montre la position du delta des rivières de la Paix et Athabasca, dans le nord-est de l’Alberta.

Fermer la fenêtre

Résultats des Grands Lacs au Canada fondés sur l’indice de la qualité des eaux

Image miniature : Résultats des Grands Lacs au Canada fondés sur l’indice de la qualité des eaux

Cette carte indique l’indice de la qualité des eaux des milieux humides situés sur les rives canadiennes des Grands Lacs, comme mesure de la santé de ces milieux. L’indice est indiqué selon cinq classes, représentées par des couleurs différentes et correspondant respectivement à des eaux excellentes, très bonnes, bonnes, moyennement dégradées, très dégradées ou fortement dégradées. Les données visant le lac Ontario, le lac Érié et la baie Georgienne ont été recueillies de 2006 à 2009, tandis que celles visant les lacs Supérieur et Huron l’ont été de 1998 à 2005. La carte révèle que les eaux les plus dégradées se rencontrent en bordure des lacs Érié et Ontario et particulièrement à l’extrémité ouest de ces lacs : les eaux y étaient bonnes dans très peu de sites, tandis qu’elles étaient moyennement à fortement dégradées dans de nombreux sites. Les eaux étaient généralement bonnes à excellentes dans la baie Georgienne et dans les lacs Huron et Supérieur, où seulement trois sites avaient des eaux moyennement dégradées.

Fermer la fenêtre