Réseaux trophiques

Déclins de l’amphipode Diporeia

Déclins de l’amphipode Diporeia dans le lac Huron

Densité du Diporeia (en milliers par m2), de 2000 à 2007
Trois cartes : Déclins de l’amphipode diporeia dans le lac Huron. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Environnement Canada et U.S. Environmental Protection Agency, 20092.
Photo : Diporeia adulte  © Tomas Hook
Diporeia adulte (taille d'un grain de riz)
Photo : Lac Huron © iStock.com/janeff

Les petits invertébrés jouent un rôle majeur dans les réseaux trophiques des Grands Lacs, car ils relient la base du réseau (algues, bactéries et particules de matière organique), dont ils se nourrissent, avec les poissons, dont ils sont la proie. Depuis 1995, les populations de l'amphipode Diporeia, historiquement abondantes, largement répandues et dominant les réseaux trophiques en eau profonde, ont décliné brusquement dans tous les lacs, sauf dans le lac Supérieur2. Ces déclins coïncident avec l'introduction des moules zébrées et quagga envahissantes. Toutefois, cette tendance continue à la baisse est plus complexe et découle probablement de l'interaction de plusieurs causes.

Les déclins de Diporeia ont eu des répercussions importantes sur les réseaux trophiques des Grands Lacs ainsi que des effets défavorables sur les espèces de poisson fourrage et les espèces commerciales. Par exemple, la croissance et la condition corporelle du grand corégone ont diminué de façon significative dans certaines zones des lacs Huron, Ontario et Michigan lors du déclin de Diporeia2.