Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Sommaire des éléments probants relativement aux constatations clés pour les écozones+ superscript du Bouclier boréal et Boréale de Terre-Neuve

Généralités sur l'écozone+


Écozone+ du Bouclier boréal : notions de base sur l'écozone+

L'écozone+ du Bouclier boréal (Tableau 1) est la plus grande écozone+ du Canada, représentant 18,2 % de la surface terrestre du paysNB10. Elle contient l'un des plus grands écosystèmes forestiers encore intacts au monde et possède une abondance de forêts, d'eau douce et de faune. Le développement est concentré dans sa partie sud; la portion nord demeure relativement peu développéeNB11. Les humains ont modifié cette écozone+ directement par le développement de ressources naturelles, y compris les mines, les forêts et la production d'énergie hydroélectrique, et indirectement par les dépôts acides, la contamination au mercure et les changements climatiques.

L'écozone+ du Bouclier boréal s'étend sur cinq provinces : l'Alberta, le Saskatchewan, le Manitoba, l'Ontario, le Québec et le Labrador. Étant donné la grande superficie de cette écozone+, la fonction de l'écosystème, sa composition, sa structure et ses processus varient d'une région à l'autre. Dans la mesure du possible, ce rapport est basé sur les données disponibles les plus détaillées ayant trait à l'écozone+ et la couvrant en entier; les résultats ont été groupés par province. Par exemple, la Région de Conservation d'Oiseaux (RCO) 8 et la partie nord de la RCO 12 se trouvent dans l'écozone+. Pour d'autres constations clés, les données n'existaient que pour une portion de l'écozone+ ou les données de différentes provinces n'étaient pas comparables ou compatibles à l'échelle de l'écozone+. De plus, pour certains sujets, seules les données à l'échelle des provinces étaient accessibles, ce qui fait que les données communiquées débordent des limites de l'écozone+. À l'exception de discussions particulières sur le lac Athabasca en Alberta, les parties de l'écozone+ du Bouclier boréal situées en Alberta et au Labrador ont généralement été exclues en raison de leur faible contribution.

Tableau 1. Aperçu de l'écozone+ du Bouclier boréal.
Superficie1 781 391 km2 (18,2 % du Canada)
TopographieTerrain bas et vallonneux, parsemé de lacs et de milieux humides.
ClimatLes précipitations annuelles vont de 400 mm du côté ouest à 1 600 mm sur la côte EstNB12.
Les températures estivales moyennes (de juin à août) les plus élevées se retrouvent au sud (17,6 °C) et les températures hivernales moyennes les plus basses au nord-ouest (-24,2 °C)NB13.
Bassins fluviauxLes ruisseaux du sud-est sont des affluents du Saint-Laurent; les ruisseaux qui s'écoulent vers le nord se jettent dans la baie d'Hudson.
Les bassins hydrographiques de l'ouest font partie des bassins de drainage du fleuve Nelson et du Grand lac des EsclavesNB14.
Les bassins hydrographiques contiennent près de 25 % de l'eau douce du CanadaNB15.
GéologieFaçonnés par le recul des glaciers, les matériaux de surface sont formés de till dans une proportion de plus de 60 %NB15.
Dans la région centrale nord, de fins matériaux forment ce qu'on appelle la « ceinture d'argile »NB15.
PergélisolLe pergélisol présente une distribution sporadique dans l'écozone+ du nord-est et de l'ouest, se limitant surtout aux terrains organiquesNB16.
Zones habitéesThunder Bay, Sudbury et le Saguenay comptent parmi les plus grandes zones habitéesNB17.
ÉconomieLes industries primaires (la foresterie, les mines et l'hydroélectricité) constituent les principaux employeurs.
Les zones cultivées sont petites et contribuent peu à l'économie de l'écozone+NB18.
DéveloppementEn plus des petites villes, les chemins forestiers et les projets hydroélectriques représentent la majorité du développementNB11.
Les établissements urbains gagnent du terrain vers le nord à partir de l'écozone+ des plaines à forêts mixtesNB17.
Signification au niveau national et mondialLes Zones importantes pour la conservation des oiseaux (ZICO) d'importance mondiale, continentale et nationale sont situées le long de la rive nord du Golfe et de l'estuaire du Saint-LaurentNB19.
Les sites du littoral de la baie Georgienne et de Manicouagan–Uapishka sont des réserves de la biosphère reconnues par l'UNESCONB20.
Les forêts de cette écozone+ figurent parmi les plus grands écosystèmes forestiers vierges au monde; elles captent une quantité considérable de dioxyde de carbone.
L'écozone+ renferme une grande partie des habitats essentiels de la population boréale de caribous sylvicoles des bois, qui est menacée.
Tout comme l'écozone+ du bouclier de la taïga, l'écozone+ du Bouclier boréal fournit un habitat de reproduction à plus de la moitié des populations mondiales de 40 espèces communes d'oiseaux.

Haut de la page

Compétences : L'écozone+ du Bouclier boréal comprend certaines parties du Labrador, du Québec, de l'Ontario, du Manitoba, de la Saskatchewan et de l'Alberta. Dans les Premières Nations de l'écozone+, on retrouve les Dénés (de la famille athapascane), les Anishnaabe (Ojibwa, Ojibwé), les Cris, les Algonquins, les Attikamègues, les Huron-Wendat et les Innu (Montagnais)NB21.

Le Bouclier boréal, couvert à 97 % de forêts et d'arbustaies (voir la Figure 2), est en majorité non développé mais compte une petite population humaine qui va en augmentant (voir la Figure 3). La croissance de population est concentrée dans les régions suburbaines le long de la frontière sud adjacente à l'écozone+ des plaines à forêts mixtesNB17. Cependant, quelques-uns des déclins de population les plus rapides au Canada se produisent dans l'écozone+ du Bouclier boréal, où l'on a constaté une diminution de la population de nombreuses régions urbaines de moyenne taille entre 2001 et 2006NB17, NB22.

Figure 2. Couverture terrestre de l'écozone+ du Bouclier boréal, 2005.

carte
Source : Ahern, 2011NB23 selon des données de Latifovic et Pouliot, 2005NB24

Description longue pour la figure 2

Cette carte montre la couverture terrestre de l'écozone+ du Bouclier boréal en 2005. L'écozone+ est couverte à 88 % de forêts, à 9 % d'arbustaies, à 2 % de toundra et de terres stériles et à 1 % de terres cultivées.

Haut de la page

Figure 3. Population humaine de l'écozone+ du Bouclier boréal, de 1971 à 2006.

graphique
Source : Statistique Canada, 2008NB25

Description longue pour la figure 3

Ce graphique à barres montre les informations suivantes:

Population humaine de l'écozone+ du Bouclier boréal, de 1971 à 2006.
AnnéeNombre de personnes
19712 048 961
19762 152 369
19812 194 981
19862 185 634
19912 285 393
19962 373 159
20012 336 742
20062 407 307

Haut de la page

Images d'écosystèmes typiques de l'écozone+ du Bouclier boréal+ NB26
Écosystèmes typiques de l'écozone+ du Bouclier boréal+  Écosystèmes typiques de l'écozone+ du Bouclier boréal+ Écosystèmes typiques de l'écozone+ du Bouclier boréal+
Photos : Francine Bérubé, Collection Les forêts du Canada du Service canadien des forêts

Haut de la page

Écozone+ Boréale de Terre-Neuve : notions de base sur l'écozone+

L'écozone+ Boréale de Terre-Neuve (Figure 1 et le Tableau 2) est composée de la grande île de Terre-Neuve et des petites îles au large de ses côtes. Avec une superficie de 112 134 km2, Terre-Neuve est la 16e plus grande île au monde. L'île abrite des espèces endémiques, des sous-espèces, de même que des espèces présentant des paramètres inhabituels du cycle biologique. L'écozone+ est dominée par les arbustaies (51,4 %) et la forêt (44 %) (Figure 4). Terre-Neuve a d'abord été habitée par de nombreux groupes de peuples autochtones, dont les Indiens de l'archaïque maritime (de 9000 à 2400 ans avant le présent (BP)), les peuples Paléo-Esquimau et du Dorset (de 3850 à 1300 BP), ainsi que les Béothuks, les Micmacs, les Naskapi-Montagnais et les Inuits (de 1200 à 200 BP)NB27. L'île avait tout d'abord été visitée par les Scandinaves du Groenland dès l'an 1001 A.D. à l'Anse aux MeadowsNB28. Les colons européens et leurs descendants ont introduit un certain nombre d'espèces non indigènes à Terre-Neuve. Les établissements humains sont situés principalement le long de la côte, faisant en sorte que les habitants de Terre-Neuve et leur culture sont intimement liés à la merNB29. Les populations ont grossi des années 1970 aux années 1980, mais ont diminué dans les années 2000 (Figure 5).

Tableau 2. Aperçu de l'écozone+ Boréale de Terre-Neuve.
Superficie112 134 km2 (1,1 % du Canada)
TopographiePlateau incliné situé à la limite la plus au nord-est de la chaîne des Appalaches NB30 NB31.
Caractérisé par de profondes vallées alternant avec des crêtes montagneuses longues et hautes, et par un trait de côte présentant un grand nombre de baies, fjords, péninsules, îles et havres NB32.
Les lacs, étangs, rivières et tourbières sont omniprésents et de grande envergure, de sorte qu'environ 10 % de l'écozone+ est recouverte d'eauNB32.
ClimatLe climat est régi par le courant froid du Labrador, l'oscillation nord-atlantique et l'emplacement de l'île dans un océan froidNB33.
Une couverture nuageuse moyenne élevée, une abondance de brouillard et de précipitations et des vents forts fréquents.
Les étés sont courts et frais; les hivers sont relativement doux.
Les températures annuelles moyennes sont froides pour cette latitude et les niveaux de précipitation varient en fonction de la latitude et de la topographie dans l'ensemble de l'écozone+.
Bassins fluviauxLes principaux cours d'eau sont les rivières Exploits, Gander, Humber et MainNB34.
GéologieLa plus grande partie de l'écozone+ était sous la glace entre 7000 et 1000 BPNB35 NB36 ; par conséquent, la majorité de l'île est couverte de dépôts glaciairesNB32.
Les principaux types de roches comprennent les roches sédimentaires, intrusives, ignées volcaniques et métamorphiquesNB30.
Zones habitéesLes principaux centres urbains comprennent St. John's et Mount Pearl sur la côte est, Gander et Grand Falls-Windsor dans la partie centrale de Terre-Neuve, Corner Brook sur la côte ouest et St. Anthony sur la péninsule Great Northern.
ÉconomieLes industries de services et de ressources (la foresterie, les mines, le pétrole et le gaz, et les pêches) sont des employeurs importants.
DéveloppementLe développement a lieu principalement dans les régions côtières, mais on note quelques établissements dans la région intérieure.
Signification au niveau national et mondialLes rivières Main et Bay du Nord sont des rivières du patrimoine canadien.
On compte 25 zones importantes pour la conservation des oiseaux.
Il y a environ 20 000 km2 de landes, ce qui en fait la plus grande étendue de ce type de végétation en Amérique du Nord.

Haut de la page

Figure 4. Couverture terrestre en 2005 pour l'écozone+ Boréale de Terre­Neuve.

carte
Source : Ahern, 2011NB23 selon des données de Latifovic et Pouliot, 2005NB24

Description longue pour la figure 4

Cette carte montre la couverture terrestre en 2005 pour l'écozone+ Boréale de Terre­Neuve. L'écozone est couverte à 51 % d'arbustaies et à 43 % de forêts et le reste comprend de petites quantités de végétation et de terres stériles, de terres agricoles, de zones urbaines et de cicatrices de feu de forêt.

Haut de la page

Figure 5. Population humaine de l'écozone+ Boréale de Terre­Neuve, de 1971 à 2006.

graphique
Source : Statistique Canada, 2008NB25

Description longue pour la figure 5

Ce graphique à barres montre les informations suivantes :

Population humaine de l'écozone+ Boréale de Terre­Neuve, de 1971 à 2006.
AnnéeNombre de personnes
1971493 938
1976524 673
1981536 363
1986539 608
1991538 099
1996522 602
2001485 066
2006479 105

Haut de la page

Milieu humide à Carmanville, T.-N.
Milieu humide à Carmanville, T.-N.
Photo : Shelley Pardy Moores

Haut de la page

Berge sablonneuse
Berge sablonneuse
Photo : Shelley Pardy Mooress

Haut de la page

Note de bas des pages

NB 10

CCEA. 2009. Système de Rapport et de Suivi pour les Aires de Conservation (SRSAC), v.2009.05 [en ligne]. Conseil canadien des aires écologiques.(consulté le 5 Nov. 2009).

Retour au NB 10

NB 11

Lee, P., Gysbers, J.D. et Stanojevic, Z. 2006. Canada's forest landscape fragments: a first approximation (a Global Forest Watch Canada report). Observatoire Mondial des Forêts. Edmonton, AB. 97 p.

Retour au NB 11

NB 12

Urquizo, N., Bastedo, J., Brydges, T. et Shear, H. 2000. Évaluation écologique de l'écozone du Bouclier boréal. Travaux publics et Services gouvernementaux Canada. Ottawa, ON.

Retour au NB 12

NB 13

Environnment Canada. 1994. Canadian Monthly Climate Data and 1961-1990 Normals on CD-ROM. Environnment Canada.

Retour au NB 13

NB 14

Monk, W.A. et Baird, D.J. 2014. Biodiversité dans les rivières et lacs du Canada. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 19. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON. Projet de rapport.

Retour au NB 14

NB 15

Commission géologique du Canada. 1994. Matériaux superficiels du Canada, carte 1880A [en ligne]. Ressources naturelles Canada. (consulté le 23 Oct. 2009).

Retour au NB 15

NB 16

Smith, S. 2011. Tendances relatives aux conditions du pergélisol et à l'écologie dans le Nord du Canada. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 9. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON. iii + 23 p.

Retour au NB 16

NB 17

Martel, L. et Caron-Malenfant, E. 2009. Recensement de 2006 : Portrait de la population canadienne en 2006 : résultats [en ligne]. Statistique Canada.(consulté le 25 Feb. 2009).

Retour au NB 17

NB 18

Javorek, S.K. et Grant, M.C. 2011. Tendances de la capacité d'habitat faunique des terres agricoles du Canada, de 1986 à 2006. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 14. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON. vi + 51 p.

Retour au NB 18

NB 19

BirdLife International. 2004. Zones importantes pour la conservation des oiseaux au Canada [en ligne]. Bird Studies Canada, Nature Canada, Bird Life International. (consulté le 17 Nov. 2009).

Retour au NB 19

NB 20

Man and Biosphere Program. 2005. Focal Point for Biosphere Reserves [en ligne]. United Nations Educational, Scientific and Cultural Organization. (consulté le 17 Nov. 2009).

Retour au NB 20

NB 21

Berkes, F. et Davidson-Hunt, I.J. 2006. Biodiversity, traditional management systems, and cultural landscapes: Examples from the boreal forest of Canada. International Social Science Journal 58:35-47.

Retour au NB 21

NB 22

Karst, A. 2010. Conservation Value of the North American Boreal Forest from an Ethnobotanical persective. Canadian Boreal Initiative; David Suzuki Foundation; Boreal Songbird Initiative. Ottawa, ON; Vancouver, BC; Seattle, WA.

Retour au NB 22

NB 23

Ahern, F., Frisk, J., Latifovic, R. et Pouliot, D. 2011. Surveillance à distance de la biodiversité : sélection de tendances mesurées à partir d'observations par satellite du Canada. Biodiversité canadienne : état et tendances des écosystèmes en 2010, Rapport technique thématique no 17. Conseils canadiens des ministres des ressources. Ottawa, ON.

Retour au NB 23

NB 24

Latifovic, R. et Pouliot, D. 2005. Multitemporal land cover mapping for Canada: methodology and products. Journal canadien de télédétection 31:347-363.

Retour au NB 24

NB 25

Statistique Canada. 2008. L'activité humaine et l'environnement : statistiques annuelles 2007 et 2008. L'activité humaine et l'environnement, catalogue no 16-201-X. Statistique Canada. Ottawa, ON. 159 p.

Retour au NB 25

NB 26

Bérubé, F. 2003. Canadian Forest Service's Forests of Canada Collection. Natural Resources of Canada, Canadian Forest Services.

Retour au NB 26

NB 27

Tuck, J.A. 1976. Newfoundland and Labrador prehistory. Canadian Prehistory Series, Archaeological Survey of Canada. Museum of Man. Ottawa, ON.

Retour au NB 27

NB 28

Gouvernement du Canada. 1950. Newfoundland: An introduction to Canada's New Province. Ministry of Trade of Commerce, Department of External Affairs. Ottawa, ON. 142 p.

Retour au NB 28

NB 29

Paone, L.C. 2003. Hazard sensitivitiy in Newfoundland coastal commnunities-impacts and adaptations to climate change: a case study of Conception Bay South and Holyrood, Newfoundland. Thèse (M.Sc.). Memorial University of Newfoundland, Department of Geography. St. John's, NL. 206 p.

Retour au NB 29

NB 30

Rogerson, R.J. 1983. Geological Evolution. Dans Biogeography and ecology of the island of Newfoundland. South, G.R. (éd.). Junk Publishers. The Hague. pp. 5-35.

Retour au NB 30

NB 31

Ullah, W., Beersing, A., Blouin, A., Wood, C.H. et Rodgers, A. 1992. Water resources atlas of Newfoundland. Water Resources Division, Department of Environment and Lands, Government of Newfoundland and Labrador. St. John's, NL.

Retour au NB 31

NB 32

Hudak, J. et Raske, A.G. 1982. Review of the spruce budworm outbreaks in Newfoundland: its control and forest management implications. Environnment Canada. 320 p.

Retour au NB 32

NB 33

Banfield, C.E. 1983. Climate. Dans Biogeography and ecology of the island of Newfoundland. South, G.R. (éd.). Junk Publishers. The Hague. pp. 37-106.

Retour au NB 33

NB 34

Burridge, M. et Mandrak, N. 2009. Ecoregion description: 115: Canadian Atlantic Islands [en ligne]. In Freshwater ecoregions of the world. The Nature Conservancy and the World Wildlife Fund.(consulté le 21 Feb. 2009).

Retour au NB 34

NB 35

Ives, J.D. 1978. The maximum extent of the Laurentide Ice Sheet along the east coast of North America during the last glaciation. Arctic 31:1-15.

Retour au NB 35

NB 36

LDehler, S. et McCutcheon, S. 2007. Atlantic Canada ice dynamics. Geoscience Canada 34:1-48.

Retour au NB 36