La glace dans l’ensemble des biomes

Glaces lacustres et fluviales

L’augmentation de la variabilité d’une année à l’autre et les tendances générales de diminution de la durée de la présence des glaces lacustres et fluviales sont étroitement liées à l’augmentation des températures de l’air au printemps et à l’automne41-43. La glace est un élément essentiel de l’habitat aquatique et les changements de la couverture de glace modifient différents paramètres, y compris la durée de la saison de végétation des algues, la température de l’eau et les concentrations de matières en suspension et d’oxygène dissous44. L’état des glaces a également des répercussions sur les animaux terrestres en contrôlant l’accès au littoral et aux route de migration à travers les lacs et les fleuves45.

Tendances dans la synchronisation de la débâcle au printemps dans les grands lacs

De 1970 à 2004
Carte : Tendances dans la synchronisation de la débäcle au printemps dans les grands lacs. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté du Latifovic et Pouliot, 200749.

Les débâcles lacustres sont généralement plus précoces au printemps (1,8 jour plus tôt par décennie en moyenne). D’après les tendances, l’englacement du même ensemble de grands lacs (plus de 100 km2) survient plus tard au cours de l’année (1,2 jour par décennie en moyenne) pour la majorité des lacs, mais le degré de confiance accordé aux mesures prises à l’automne est plus faible. Les lacs du nord montrent le taux de changement le plus élevé au printemps et à l’automne. Cette analyse est fondée sur la combinaison de données relevées au sol et télédétectées. Les tendances relatives aux six lacs les plus septentrionaux sont uniquement fondées sur des données de télédétection entre 1984 et 200449.

Modification de la couverture de glace des Grands Lacs

Valeurs maximales moyennes, de 1970 à 2008
Graphe : Modification de la couverture de glace des Grands Lacs. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté du Conseil de la biodiversité de l’Ontario, 201046.
Carte montrant la situation géographique des Grands Lacs. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).

La couverture de glace se forme dans les zones côtières des Grands Lacs en décembre et en janvier, et dans les eaux plus profondes au large en février et en mars47. Elle influence la température des lacs et la période de renversement des eaux au printemps (le mélange des couches d’eau supérieures et inférieures)47. Ce phénomène a ensuite des répercussions sur la disponibilité de l’habitat d’eau froide pour les espèces d’eau froide telles que le touladi48. La diminution de la couverture de glace entraîne un renversement des eaux plus précoce au printemps, un réchauffement plus précoce des eaux profondes et un habitat d’eau froide plus limité.