Sauter l'index du livret et aller au contenu de la page

Rapport technique thématique no 3. - Lignes directrices pour la préparation des produits du RETE – Schéma de classification des terres pour le Rapport sur l'état et les tendances des écosystèmes

Annexe

Annexe 1. Inventaire forestier national – Schéma de classification des terres (IFN, 2004). 
ClasseDéfinition et critère de classification
1. VégétaliséLa couverture totale d'arbres, d'arbustes, d'herbes et de bryoides (autre que du lichen crustacé) couvre au moins 5 % de la superficie totale du polygone.
1.1. BoiséAu moins 10 % de la superficie du polygone, selon la fermeture du couvert, est constituée d'essences d'arbres, peu importe leur taille.
1.1.1. Zone humide(Tiré de Fraser et al., (1995), tel qu’il est cité dans l'Inventaire forestier national (2004)) :
Toute zone dont la nappe phréatique se situe près de la surface du sol ou au-dessus de celle-ci ou qui est saturée pendant une période suffisamment longue pour induire des processus liés aux milieux humides ou aquatiques. Ces processus sont caractérisés par la présence de sols organiques ou gleysoliques et par une végétation hydrophyte.
1.1.1.1 ConiférienArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des conifères; arbres sempervirents ayant des inflorescences en forme de cône et des aiguilles ou des feuilles plates en forme d'écaille. Ces essences sont couramment appelées des conifères ou résineux.
1.1.1.2. FeuilluArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des angiospermes de la sous-classe des dicotylédones. On réfère couramment à ces essences sous les termes « décidu » ou « bois dur ».
1.1.1.3. MixteLe polygone entre dans la classe « mixte » lorsque ni les conifères ni les feuillus ne représentent 75 % ou plus du total de la surface terrière boisée.
1.1.2. Zone sècheVaste classe qui inclut tous les écosystèmes non humides allant des régimes d'humidité du sol très xériques à hygriques.
1.1.2.1. ConiférienArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des conifères; arbres sempervirents ayant des inflorescences en forme de cône et des aiguilles ou des feuilles plates en forme d'écaille. Ces essences sont couramment appelées des conifères ou résineux.
1.1.2.2. FeuilluArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des angiospermes de la sous-classe des dicotylédones. On réfère couramment à ces essences sous les termes « décidu » ou « bois dur ».
1.1.2.3. MixteLe polygone entre dans la classe « mixte » lorsque ni les conifères ni les feuillus ne représentent 75 % ou plus du total de la surface terrière boisée.
1.1.3. Zone alpineAucun arbre (en pratique, les polygones comptant moins de 1 % d'arbres entrent dans la classe « Zone alpine »), et lorsque cette végétation est dominée par les arbustes, les herbes, les plantes graminoïdes, les bryoides et les lichens. La roche, la glace et la neige dominent une grande partie des zones alpines. Cette zone n'inclut pas normalement les forêts-parcs ou les krummholz. La classe Zone alpine est un niveau de classification visant uniquement des régions non boisées au-dessus de la limite des arbres.
1.1.3.1. ConiférienArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des conifères; arbres sempervirents ayant des inflorescences en forme de cône et des aiguilles ou des feuilles plates en forme d'écaille. Ces essences sont couramment appelées des conifères ou résineux.
1.1.3.2. FeuilluArbres qui entrent dans la classe des essences considérées, sur le plan botanique, comme des angiospermes de la sous-classe des dicotylédones. On réfère couramment à ces essences sous les termes « décidu » ou « bois dur ».
1.1.3.3. MixteLe polygone entre dans la classe « mixte » lorsque ni les conifères ni les feuillus ne représentent 75 % ou plus du total de la surface terrière boisée.
1.2. Non boiséMoins de 10 % de la superficie du polygone, selon la fermeture du couvert, est constituée d'essences d'arbres, peu importe leur taille.
1.2.1. Zone humideVoir Végétalisé-Boisé
1.2.1.1. ArbustesPour qu'un polygone entre dans la classe des arbustes, ceux-ci doivent représenter au minimum 10 % de sa superficie, ou les arbustes doivent constituer plus du tiers du couvert végétal total. Par arbustes, on entend les plantes ligneuses vivaces, de la famille des conifères ou de celle des feuillus, dont la croissance est relativement faible et qui portent habituellement plusieurs tiges plutôt qu'un seul fût. Ils se distinguent des arbres par leur faible hauteur (habituellement moins de 10 m) et leur forme non arborescente.
1.2.1.2. HerbesLorsqu'un polygone ne correspond pas à la définition donnée à la classe des arbustes, il peut entrer dans la classe des herbes, si son couvert terrestre est composé d'au moins 20 % d'herbes ou si les herbes constituent plus du tiers de son couvert végétal total. Par herbes, on entend toutes les plantes vasculaires sans tige ligneuse, notamment les fougères, les espèces alliées aux fougères, les graminées et les espèces apparentées aux graminées.
1.2.1.2.1. Plantes graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes graminoïdes si ces graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes graminoïdes désignent les plantes herbacées ayant de longues feuilles étroites caractérisées par une nervation linéaire; comprennent les graminées, le carex, les joncs et d'autres espèces apparentées.
1.2.1.2.2. Plantes herbacées non graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes herbacées non graminoïdes si ces plantes herbacées non graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes herbacées non graminoïdes comprennent les plantes herbacées autres que les plantes graminoïdes, y compris les fougères, les lycopodes et la prêle.
1.2.1.3. BryoidesSi un polygone ne correspond pas à la classe des arbustes ou à celle des herbes, alors il entre dans la classe « Bryoides » si plus de 50 % de son couvert végétal est constitué de bryoides et si les herbes et les arbustes en constituent moins de 20 % chacun. Les bryoides désignent les bryophytes (mousses, hépatiques et cornifles nageantes) et les lichens (feuillus ou fruticuleux; non les crustacés).
1.2.2. Zone sècheVoir Végétalisé-Boisé
1.2.2.1. ArbustesPour qu'un polygone entre dans la classe des arbustes, ceux-ci doivent représenter au minimum 10 % de sa superficie, ou les arbustes doivent constituer plus du tiers du couvert végétal total. Par arbustes, on entend les plantes ligneuses vivaces, de la famille des conifères ou de celle des feuillus, dont la croissance est relativement faible et qui portent habituellement plusieurs tiges plutôt qu'un seul fût. Ils se distinguent des arbres par leur faible hauteur (habituellement moins de 10 m) et leur forme non arborescente.
1.2.2.2. HerbesLorsqu'un polygone ne correspond pas à la définition donnée à la classe des arbustes, il peut entrer dans la classe des herbes, si son couvert terrestre est composé d'au moins 20 % d'herbes ou si les herbes constituent plus du tiers de son couvert végétal total. Par herbes, on entend toutes les plantes vasculaires sans tige ligneuse, notamment les fougères, les espèces alliées aux fougères, les graminées et les espèces apparentées aux graminées.
1.2.2.2.1. Plantes graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes graminoïdes si ces graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes graminoïdes désignent les plantes herbacées ayant de longues feuilles étroites caractérisées par une nervation linéaire; comprennent les graminées, le carex, les joncs et d'autres espèces apparentées.
1.2.2.2.2. Plantes herbacées non graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes herbacées non graminoïdes si ces plantes herbacées non graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes herbacées non graminoïdes comprennent les plantes herbacées autres que les plantes graminoïdes, y compris les fougères, les lycopodes et la prêle.
1.2.2.3. BryoidesSi un polygone ne correspond pas à la classe des arbustes ou à celle des herbes, alors il entre dans la classe « Bryoides » si plus de 50 % de son couvert végétal est constitué de bryoides et si les herbes et les arbustes en constituent moins de 20 % chacun. Les bryoides désignent les bryophytes (mousses, hépatiques et cornifles nageantes) et les lichens (feuillus ou fruticuleux; non les crustacés).
1.2.3. Zone alpineVoir Végétalisé-Boisé
1.2.3.1. ArbustesPour qu'un polygone entre dans la classe des arbustes, ceux-ci doivent représenter au minimum 10 % de sa superficie, ou les arbustes doivent constituer plus du tiers du couvert végétal total. Par arbustes, on entend les plantes ligneuses vivaces, de la famille des conifères ou de celle des feuillus, dont la croissance est relativement faible et qui portent habituellement plusieurs tiges plutôt qu'un seul fût. Ils se distinguent des arbres par leur faible hauteur (habituellement moins de 10 m) et leur forme non arborescente.
1.2.3.2. HerbesLorsqu'un polygone ne correspond pas à la définition donnée à la classe des arbustes, il peut entrer dans la classe des herbes, si son couvert terrestre est composé d'au moins 20 % d'herbes ou si les herbes constituent plus du tiers de son couvert végétal total. Par herbes, on entend toutes les plantes vasculaires sans tige ligneuse, notamment les fougères, les espèces alliées aux fougères, les graminées et les espèces apparentées aux graminées.
1.2.3.2.1. Plantes graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes graminoïdes si ces graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes graminoïdes désignent les plantes herbacées ayant de longues feuilles étroites caractérisées par une nervation linéaire; comprennent les graminées, le carex, les joncs et d'autres espèces apparentées.
1.2.3.2.2. Plantes herbacées non graminoïdesUn polygone de la classe des herbes est classé dans la catégorie des plantes herbacées non graminoïdes si ces plantes herbacées non graminoïdes représentent plus de 50 % du couvert végétal. Les plantes herbacées non graminoïdes comprennent les plantes herbacées autres que les plantes graminoïdes, y compris les fougères, les lycopodes et la prêle.
1.2.3.3. BryoidesSi un polygone ne correspond pas à la classe des arbustes ou à celle des herbes, alors il entre dans la classe « Bryoides » si plus de 50 % de son couvert végétal est constitué de bryoides et si les herbes et les arbustes en constituent moins de 20 % chacun. Les bryoides désignent les bryophytes (mousses, hépatiques et cornifles nageantes) et les lichens (feuillus ou fruticuleux; non les crustacés).
2. Non végétaliséLa couverture totale d'arbres, d'arbustes, d'herbes et de bryoides couvre moins de 5 % de la superficie totale du polygone. Les plans d'eau doivent entrer dans la classe « non végétalisé ».
2.1. TerrainPlus de 50 % du polygone sont occupés par le terrain.
2.1.1. Zone humideVoir Végétalisé-Boisé
2.1.1.1. Neige/glace 
2.1.1.1.1. GlacierMasse permanente de neige et de glace dont les limites latérales sont bien définies et qui s'écoule généralement dans une direction particulière.
2.1.1.1.2. Couverture de neigeLa neige ou la glace ne fait pas partie du glacier, mais on en trouve dans le paysage durant les mois d'été.
2.1.1.2. Roche/blocaille 
2.1.1.2.1. Substratum rocheuxRoche non fragmentée, consolidée contiguë au matériel sous-jacent.
2.1.1.2.2. Blocaille, talus d'éboulis, champ de blocsRoche fragmentée, détachée des surfaces du substratum et charriée à son emplacement actuel sous l'effet de la gravité ou par la glace.
2.1.1.2.3. Déblais miniers blocailleuxMorts-terrains ou déchets de roche déplacés pour permettre l'extraction de minerai durant une opération minière.
2.1.1.2.4. Coulée de laveZone où de la roche fondue s'est écoulée d'un volcan ou d'une fissure, s'est refroidie, puis s'est solidifiée pour former du roc.
2.1.1.3. Terrain découvert 
2.1.1.3.1. Sédiments fluviatilesLimon, gravier et barres de sable associés aux anciens chenaux d'une rivière et à ses berges actuelles.
2.1.1.3.2. Sol découvertTout sol découvert et non couvert sous d'autres catégories, par exemple les zones récemment perturbées notamment par des glissements de terrain, des torrents de débris, des avalanches ou par des perturbations telles que les droits de passage de pipeline ou des champs cultivés, où le couvert végétal est inférieur à 5 %.
2.1.1.3.3. Sédiments d'étang ou de lacSédiments exposés par suite de l'assèchement de lacs ou d'étangs.
2.1.1.3.4. Bords de réservoirTerrain découvert à cause du drainage ou de la fluctuation du niveau d'eau du réservoir. On les trouve au-dessus des niveaux d'eau « normaux » et ils peuvent se composer de divers substrats tels que gravier, pierres, sédiments fins ou substratum rocheux.
2.1.1.3.5. PlageZone couverte de sédiments triés transformés récemment sous l'action des vagues. On peut les trouver à la limite des plans d'eau fraîche ou salée.
2.1.1.3.6. Dépôts transitoiresZone compacte adjacente à une route servant au tri et au chargement de billots de bois.
2.1.1.3.7. Zones incendiéesTerrain contenant des signes d'incendies récents, soit naturels soit intentionnels. Une végétation inférieure à 5 % de la fermeture du couvert est présente au moment de la description du polygone.
2.1.1.3.8. ChausséesZone déblayée et compactée en vue du transport de marchandises ou de services au moyen de véhicules. Une chaussée rarement ou jamais utilisée pourrait cesser d'être classée « non végétalisée ».
2.1.1.3.9. Sédiments littorauxZones plates, par exemple des plaines, associées à des lacs, des étangs, des rivières ou des ruisseaux, où dominent les sédiments fins texturés. Elles peuvent aussi être associées à des sources d'eau douce ou estuariennes.
2.1.1.3.10. Berges érodéesPartie d'un corridor routier créée en pente ascendante par rapport à la chaussée en excavant à même le flanc de montagne. Les « éléments naturels » peuvent aussi créer des berges érodées.
2.1.1.3.11. MorainesZone de débris charriés et déposés par un glacier.
2.1.1.3.12. Gravière ou bancs d'empruntZone exposée par suite du prélèvement de sable et de gravier.
2.1.1.3.13. Aires de résidus miniersZone contenant des déchets solides produits par l'extraction et le broyage de minerai.
2.1.1.3.14. Chemins de ferPlate-forme recouverte d'une ou de plusieurs voies ferrées.
2.1.1.3.15. Bâtiments et aires de stationnementBâtiments et espaces connexes tels que routes et aires de stationnement.
2.1.1.3.16. AéroportZone pavée ou recouverte de gravier de façon permanente, et les bâtiments et aires de stationnement connexes, utilisée par les aéronefs.
2.1.1.3.17. Carrières de mine à ciel ouvertZone nue ayant servi à l'extraction de minerai lors d'opérations minières. Peut inclure les bâtiments connexes et les résidus miniers produits durant l'extraction et la transformation.
2.1.1.3.18. AutreAucune autre des catégories de terrain découvert ne peut être sélectionnée de manière fiable.
2.1.2. Zone sècheVoir Végétalisé-Boisé
2.1.2.1. Neige/glace 
2.1.2.1.1. GlacierMasse permanente de neige et de glace dont les limites latérales sont bien définies et qui s'écoule généralement dans une direction particulière.
2.1.2.1.2. Couverture de neigeLa neige ou la glace ne fait pas partie du glacier, mais on en trouve dans le paysage durant les mois d'été.
2.1.2.2. Roche/blocaille 
2.1.2.2.1. Substratum rocheuxRoche non fragmentée, consolidée contiguë au matériel sous-jacent.
2.1.2.2.2. Blocaille, talus d'éboulis, champ de blocsRoche fragmentée, détachée des surfaces du substratum et charriée à son emplacement actuel sous l'effet de la gravité ou par la glace.
2.1.2.2.3. Déblais miniers blocailleuxMorts-terrains ou déchets de roche déplacés pour permettre l'extraction de minerai durant une opération minière.
2.1.2.2.4. Coulée de laveZone où de la roche fondue s'est écoulée d'un volcan ou d'une fissure, s'est refroidie, puis s'est solidifiée pour former du roc.
2.1.2.3. Terrain découvert 
2.1.2.3.1. Sédiments fluviatilesLimon, gravier et barres de sable associés aux anciens chenaux d'une rivière et à ses berges actuelles.
2.1.2.3.2. Sol découvertTout sol découvert et non couvert sous d'autres catégories, par exemple les zones récemment perturbées notamment par des glissements de terrain, des torrents de débris, des avalanches ou par des perturbations telles que les droits de passage de pipeline ou des champs cultivés, où le couvert végétal est inférieur à 5 %.
2.1.2.3.3. Sédiments d'étang ou de lacSédiments exposés par suite de l'assèchement de lacs ou d'étangs.
2.1.2.3.4. Bords de réservoirTerrain découvert à cause du drainage ou de la fluctuation du niveau d'eau du réservoir. On les trouve au-dessus des niveaux d'eau « normaux » et ils peuvent se composer de divers substrats tels que gravier, pierres, sédiments fins ou substratum rocheux.
2.1.2.3.5. PlageZone couverte de sédiments triés transformés récemment sous l'action des vagues. On peut les trouver à la limite des plans d'eau fraîche ou salée.
2.1.2.3.6. Dépôts transitoiresZone compacte adjacente à une route servant au tri et au chargement de billots de bois.
2.1.2.3.7. Zones incendiéesTerrain contenant des signes d'incendies récents, soit naturels soit intentionnels. Une végétation inférieure à 5 % de la fermeture du couvert est présente au moment de la description du polygone.
2.1.2.3.8. ChausséesZone déblayée et compactée en vue du transport de marchandises ou de services au moyen de véhicules. Une chaussée rarement ou jamais utilisée pourrait cesser d'être classée « non végétalisée ».
2.1.2.3.9. Sédiments littorauxZones plates, par exemple des plaines, associées à des lacs, des étangs, des rivières ou des ruisseaux, où dominent les sédiments fins texturés. Elles peuvent aussi être associées à des sources d'eau douce ou estuariennes.
2.1.2.3.10. Berges érodéesPartie d'un corridor routier créée en pente ascendante par rapport à la chaussée en excavant à même le flanc de montagne. Les « éléments naturels » peuvent aussi créer des berges érodées.
2.1.2.3.11. MorainesZone de débris charriés et déposés par un glacier.
2.1.2.3.12. Gravière ou bancs d'empruntZone exposée par suite du prélèvement de sable et de gravier.
2.1.2.3.13. Aires de résidus miniersZone contenant des déchets solides produits par l'extraction et le broyage de minerai.
2.1.2.3.14. Chemins de ferPlate-forme recouverte d'une ou de plusieurs voies ferrées.
2.1.2.3.15. Bâtiments et aires de stationnemenBâtiments et espaces connexes tels que routes et aires de stationnement.
2.1.2.3.16. AéroportZone pavée ou recouverte de gravier de façon permanente, et les bâtiments et aires de stationnement connexes, utilisée par les aéronefs.
2.1.2.3.17. Carrières de mine à ciel ouvertZone nue ayant servi à l'extraction de minerai lors d'opérations minières. Peut inclure les bâtiments connexes et les résidus miniers produits durant l'extraction et la transformation.
2.1.2.3.18. AutreAucune autre des catégories de terrain découvert ne peut être sélectionnée de manière fiable.
2.1.3. Zone alpineVoir Végétalisé-Boisé
2.1.3.1. Neige/glace 
2.1.3.1.1. GlacierMasse permanente de neige et de glace dont les limites latérales sont bien définies et qui s'écoule généralement dans une direction particulière.
2.1.3.1.2. Couverture de neigeLa neige ou la glace ne fait pas partie du glacier, mais on en trouve dans le paysage durant les mois d'été.
2.1.3.2. Roche/blocaille 
2.1.3.2.1. Substratum rocheuxRoche non fragmentée, consolidée contiguë au matériel sous-jacent.
2.1.3.2.2. Blocaille, talus d'éboulis, champ de blocsRoche fragmentée, détachée des surfaces du substratum et charriée à son emplacement actuel sous l'effet de la gravité ou par la glace.
2.1.3.2.3. Déblais miniers blocailleuxMorts-terrains ou déchets de roche déplacés pour permettre l'extraction de minerai durant une opération minière.
2.1.3.2.4. Coulée de laveZone où de la roche fondue s'est écoulée d'un volcan ou d'une fissure, s'est refroidie, puis s'est solidifiée pour former du roc.
2.1.3.3. Terrain découvert 
2.1.3.3.1. Sédiments fluviatilesLimon, gravier et barres de sable associés aux anciens chenaux d'une rivière et à ses berges actuelles.
2.1.3.3.2. Sol découvertTout sol découvert et non couvert sous d'autres catégories, par exemple les zones récemment perturbées notamment par des glissements de terrain, des torrents de débris, des avalanches ou par des perturbations telles que les droits de passage de pipeline ou des champs cultivés, où le couvert végétal est inférieur à 5 %.
2.1.3.3.3. Sédiments d'étang ou de lacSédiments exposés par suite de l'assèchement de lacs ou d'étangs.
2.1.3.3.4. Bords de réservoirTerrain découvert à cause du drainage ou de la fluctuation du niveau d'eau du réservoir. On les trouve au-dessus des niveaux d'eau « normaux » et ils peuvent se composer de divers substrats tels que gravier, pierres, sédiments fins ou substratum rocheux.
2.1.3.3.5. PlageZone couverte de sédiments triés transformés récemment sous l'action des vagues. On peut les trouver à la limite des plans d'eau fraîche ou salée.
2.1.3.3.6. Dépôts transitoiresZone compacte adjacente à une route servant au tri et au chargement de billots de bois.
2.1.3.3.7. Zones incendiéesTerrain contenant des signes d'incendies récents, soit naturels soit intentionnels. Une végétation inférieure à 5 % de la fermeture du couvert est présente au moment de la description du polygone.
2.1.3.3.8. ChausséesZone déblayée et compactée en vue du transport de marchandises ou de services au moyen de véhicules. Une chaussée rarement ou jamais utilisée pourrait cesser d'être classée « non végétalisée ».
2.1.3.3.9. Sédiments littorauxZones plates, par exemple des plaines, associées à des lacs, des étangs, des rivières ou des ruisseaux, où dominent les sédiments fins texturés. Elles peuvent aussi être associées à des sources d'eau douce ou estuariennes.
2.1.3.3.10. Berges érodéesPartie d'un corridor routier créée en pente ascendante par rapport à la chaussée en excavant à même le flanc de montagne. Les « éléments naturels » peuvent aussi créer des berges érodées.
2.1.3.3.11. MorainesZone de débris charriés et déposés par un glacier.
2.1.3.3.12. Gravière ou bancs d'empruntZone exposée par suite du prélèvement de sable et de gravier.
2.1.3.3.13. Aires de résidus miniersZone contenant des déchets solides produits par l'extraction et le broyage de minerai.
2.1.3.3.14. Chemins de ferPlate-forme recouverte d'une ou de plusieurs voies ferrées.
2.1.3.3.15. Bâtiments et aires de stationnementBâtiments et espaces connexes tels que routes et aires de stationnement.
2.1.3.3.16. AéroportZone pavée ou recouverte de gravier de façon permanente, et les bâtiments et aires de stationnement connexes, utilisée par les aéronefs.
2.1.3.3.17. Carrières de mine à ciel ouvertZone nue ayant servi à l'extraction de minerai lors d'opérations minières. Peut inclure les bâtiments connexes et les résidus miniers produits durant l'extraction et la transformation.
2.1.3.3.18. AutreAucune autre des catégories de terrain découvert ne peut être sélectionnée de manière fiable.
2.2 Plans d'eau 
2.2.1. Zone humideVoir Végétalisé-Boisé
2.2.1.1. LacsPlan d'eau naturel, statique, de deux mètres ou plus de profondeur à certains endroits. La limite d'un lac se situe à la ligne naturelle de l'eau lorsque le niveau est élevé.
2.2.1.2. RéservoirsBassin artificiel créé par suite de la retenue des eaux derrière une structure fabriquée par l'homme, par exemple, un barrage, une berme, une digue ou un mur.
2.2.1.3. Rivières/ruisseauxCours d'eau formé lorsque l'eau s'écoule entre deux berges continues bien définies. Ces écoulements peuvent être intermittents ou permanents, mais ne doivent pas comprendre les écoulements éphémères dont le chenal ne présente aucune berge bien définie. Les bancs de gravier font partie du cours d'eau, contrairement aux îles à l'intérieur d'un cours d'eau ayant des berges bien définies.
2.2.1.4. Eau saléePlan d'eau naturel dont l'eau est salée ou généralement considérée comme salée.
2.2.2. Zone sècheVoir Végétalisé-Boisé
2.2.2.1. LacsPlan d'eau naturel, statique, de deux mètres ou plus de profondeur à certains endroits. La limite d'un lac se situe à la ligne naturelle de l'eau lorsque le niveau est élevé.
2.2.2.2. RéservoirsBassin artificiel créé par suite de la retenue des eaux derrière une structure fabriquée par l'homme, par exemple, un barrage, une berme, une digue ou un mur.
2.2.2.3. Rivières/ruisseauxCours d'eau formé lorsque l'eau s'écoule entre deux berges continues bien définies. Ces écoulements peuvent être intermittents ou permanents, mais ne doivent pas comprendre les écoulements éphémères dont le chenal ne présente aucune berge bien définie. Les bancs de gravier font partie du cours d'eau, contrairement aux îles à l'intérieur d'un cours d'eau ayant des berges bien définies.
2.2.2.4. Eau saléePlan d'eau naturel dont l'eau est salée ou généralement considérée comme salée.
2.2.3. Zone alpineVoir Végétalisé-Boisé
2.2.3.1. LacsPlan d'eau naturel, statique, de deux mètres ou plus de profondeur à certains endroits. La limite d'un lac se situe à la ligne naturelle de l'eau lorsque le niveau est élevé.
2.2.3.2. RéservoirsBassin artificiel créé par suite de la retenue des eaux derrière une structure fabriquée par l'homme, par exemple, un barrage, une berme, une digue ou un mur.
2.2.3.3. Rivières/ruisseauxCours d'eau formé lorsque l'eau s'écoule entre deux berges continues bien définies. Ces écoulements peuvent être intermittents ou permanents, mais ne doivent pas comprendre les écoulements éphémères dont le chenal ne présente aucune berge bien définie. Les bancs de gravier font partie du cours d'eau, contrairement aux îles à l'intérieur d'un cours d'eau ayant des berges bien définies.
2.2.3.4. Eau saléePlan d'eau naturel dont l'eau est salée ou généralement considérée comme salée.

Chaque classe de polygone du schéma de classification de couverture terrestre de l’IFN est également définie en fonction de la classification de densité présentée ci-dessous.

Dense
Polygone dont la couverture constituée d’arbres, d’arbustes ou d’herbes représente entre 61 % et 100 % de la fermeture de son couvert.
Fermé
Dans la classe des bryoides, les bryoides couvrent plus de 50 % du polygone.
Ouvert
Polygone dont la couverture constituée d’arbres, d’arbustes ou d’herbes représente entre 26 % et 60 % de la fermeture de son couvert. Dans la classe des bryoides, les bryoides couvrent 50 % ou moins du polygone
Clairsemé
Polygone dont la couverture constituée d’arbres se situe entre 10 et 25 % de la fermeture de son couvert, ou entre 20 % et 25 % en ce qui concerne les polygones constitués d’arbustes ou d’herbes.

Haut de la page