Millieux humides

La santé des milieux humides côtières des Grands Lacs

Recouvrant plus de 700 km2, les milieux humides le long des rives des Grands Lacs ainsi que de leurs voies interlacustres et de leurs cours d’eau tributaires fournissent un habitat essentiel aux espèces sauvages, incluant les oiseaux, les mammifères, les poissons, les amphibiens, les reptiles et une grande variété d’espèces végétales. Ils ont connu une perte et une dégradation importantes depuis les 200 dernières années30, 31, et plusieurs ont été fortement touchés par la pollution32, 33. On estime qu’en 1984, 35 % des milieux humides le long des rives canadiennes des lacs Érié, Ontario et Sainte–Claire avaient été perdus34, avec les plus grandes pertes, de 73 à 100 % jusqu’en 1979, se produisant entre Toronto et la rivière Niagara35. La plus grande partie de la transformation s’est produite à partir de la fin du 19e siècle jusqu’au début du 20e siècle, lorsque de vastes milieux humides ont été dragués pour la navigation et remplis aux fins du développement industriel et urbain36. La perte et la dégradation se sont poursuivies en raison de la modification du littoral, du contrôle des niveaux d’eau, des charges en nutriants et des charges sédimentaires, des espèces non indigènes envahissantes, du dragage et du développement industriel, agricole et résidentiel36-41. Les habitudes d’utilisation des terres en amont engendrent aussi des répercussions, en particulier par le ruissellement à partir des terres agricoles et des surfaces imperméables42‑44.

De récentes études révèlent que la santé des milieux humides varie dans le bassin versant des Grands Lacs40. L’indice de la qualité des eaux, une des méthodes de suivi de la santé des milieux humides, indique qu’au Canada, les Grands Lacs inférieurs, en particulier l’extrémité ouest des lacs Ontario et Érié, qui sont les plus lourdement touchés par l’urbanisation et l’agriculture, ont connu la plus grande dégradation. Au Canada, relativement peu de sites sont dégradés dans la baie Georgienne, le lac Huron et le lac Supérieur45-48.

Résultats des Grands Lacs au Canada fondés sur l'Indice de la Qualité des Eaux
Lacs Ontario et Érié et baie Georgienne échantillonnés entre 2006 et 2009
Lacs Supérieur et Huron échantillonnés entre 1998 et 2005
Carte : Résultats des Grands Lacs au Canada fondés sur l’indice de la qualité des eaux. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Données mises à jour par Chow–Fraser, 200645 à l’aide de données non publiées de 2008 recueillies principalement dans la partie est de la baie Georgienne et le chenal du Nord par l’auteur, et de données non publiées de 2009 recueillies dans les lacs Érié et Ontario par le Service canadien de la faune, Environnement Canada, région de l’Ontario48.