Contaminants

Tendances des concentrations de contaminants dans les Grands Lacs

Les contaminants hérités et le mercure sont généralement en déclin dans les Grands Lacs en raison du nettoyage des sites contaminés et de la réduction de la pollution4, 13. Toutefois, les volumes importants d'eau et de sédiments agissent comme un réservoir, c'est-à-dire que les sédiments continuent de libérer des contaminants, qui se retrouvent dans l'eau et les réseaux trophiques ou qui se déposent de nouveau dans les sédiments19, 20. Qui plus est, des contaminants continuent de se retrouver dans les lacs en raison du transport atmosphérique à grande distance21 et des rejets industriels de mercure ont toujours lieu dans le bassin des Grands Lacs4. Le résultat net est que le déclin du mercure et de certains contaminants hérités a ralenti dans certaines régions des Grands Lacs, de sorte qu'ils y sont toujours présents à des concentrations préoccupantes. Cette situation devrait persister un certain temps13,20 .

Les concentrations d'ignifugeants bromés (PBDE) ont rapidement augmenté chez les poissons et les oiseaux à partir du début des années 198022-24, mais aujourd'hui, elles sont stables ou en déclin en raison des mesures adoptées pour réduire l'utilisation et les rejets de ces substances24, 25. Bien d'autres contaminants nouveaux ont plus récemment été trouvés dans des échantillons environnementaux, souvent à l'état de traces, mais on en connaît peu sur le risque que la plupart d'entre eux présentent pour les écosystèmes26. Parmi les substances chimiques préoccupantes, mentionnons le perfluorooctanesulfonate (PFOS) qui est présent dans les enduits imperméabilisants et les mousses extinctrices. Cette substance s'accumule dans les réseaux trophiques et a été détectée dans des échantillons de poisson prélevés partout dans les Grands Lacs27. Les contaminants nouveaux comprennent également des substances perturbatrices du système endocrinien qui proviennent de diverses sources, dont les produits pharmaceutiques. Le développement anormal des gonades chez les poissons constitue un exemple de leurs effets potentiels28. De nombreux contaminants nouveaux ne proviennent pas d'émissions industrielles, mais plutôt de l'utilisation et de l'élimination de produits de santé et d'hygiène personnelle ainsi que d'autres produits de consommation, ce qui nécessite de nouvelles approches de gestion des risques pour les contaminants dans les Grands Lacs26.

BPC dans les poissons des Grands Lacs

Concentrations totales de BPC chez les touladis (dorés jaunes dans le lac Érié) Parties par million (échelle logarithmique), de 1972 à 2002
Graphe : BPC dans les poissons des Grands Lacs. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté de Carlson et al., 201013.

Les concentrations de BPC chez les poissons ont décliné rapidement jusqu'au milieu des années 1980, diminuant de moitié tous les trois à six ans. Depuis ce temps, elles diminuent lentement ou ne présentent pas de tendance significative13.