Zones marines

Mammifères marins

Les mammifères marins peuvent jouer un rôle dans la structuration des écosystèmes marins en tant que prédateurs d’un échelon trophique supérieur (p. ex., épaulards, bélugas), animaux piscivores (p. ex., otaries, phoques) ou animaux se nourrissant sur le fond (p. ex., loutres de mer, baleines boréales, baleines grises). Toutefois, les effets des mammifères marins sur le fonctionnement des écosystèmes marins sont mal compris. Certains mammifères marins, comme les loutres de mer, sont connus pour être des espèces clés, puisque leur retrait entraîne un changement marqué dans les écosystèmes. Les loutres de mer se nourrissent d’oursins qui, en l’absence de prédation par les loutres de mer, font une consommation excessive de varech.

Photo : Épaulards, côte ouest de l’Île de Vancouver, C.-B. © John Ford, Pêches et Océans Canada

Plusieurs populations de mammifères marins sont en train de se rétablir à la suite de la surexploitation du passé, notamment dans le cas des phoques gris sur le plateau néo-écossais et dans le golfe du Saint-Laurent23, les phoques du Groenland dans le golfe du Maine et le plateau néo-écossais24, les baleines boréales de l’Arctique de l’Ouest dans la mer de Beaufort25, les otaries en Colombie-Britannique et en Alaska26, les loutres de mer5 et le phoque commun du Pacifique27. Les populations résidantes d’épaulards au large des côtes de l’île de Vancouver se sont également rétablies de la surexploitation du passé, mais ont commencé à diminuer au cours des dernières années, probablement en raison de la diminution des populations de saumon chinook, qui constituent une importante source d’alimentation28.

Carte et graphiques : Tendances pour les populations de mammifères marins à divers endroits du Canada. Cliquez pour obtenir une description du graphique (nouvelle fenêtre).
Source : Adapté de Pêches et Océans Canada (MPO), 20105. Références principales indiquées dans le texte.